"Bruxelles ne demandera pas un centime aux autres Régions"

Le ministre flamand de la Mobilité Ben Weyts (N-VA) ©BELGA

Qui va payer la rénovation des tunnels bruxellois? La Flandre refuse de d'emblée de mettre la main au portefeuille. Le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort, rétorque: pas un centime ne sera demandé.

Dès lundi, les chefs de file du PS, du MR et du cdH à Bruxelles ont appelé à un travail commun, associant le Fédéral et les Régions, sur la mobilité dans et autour de Bruxelles. 

©BELGA

"Il faudra des investissements. Il faut qu'au niveau belge, gouvernement fédéral, gouvernements bruxellois, wallon et flamand, on se mette ensemble, autour de la table, pour trouver une solution", déclarait la présidente de la fédération bruxelloise du PS, Laurette Onkelinx, sur les ondes de Matin Première.  

©Photo News

"On doit travailler ensemble, entre le fédéral et les Régions. Comment gérer le RER, le métro bruxellois, la rénovation des tunnels?", a lancé, comme en écho, le président du MR bruxellois, Didier Reynders, sur Bel-RTL.

1. Léopold II

Le tunnel qui relie le canal à la basilique de Koekelberg a rouvert à la circulation à 6h lundi matin après la fermeture à cause de la chute d'un bloc de béton dimanche. Bruxelles Mobilité a décidé de le maintenir ouvert au trafic en journée uniquement. Pendant plusieurs jours, des travaux d'inspection seront réalisés de nuit.

2. Stéphanie

Après avoir annoncé vendredi soir la fermeture du tunnel pendant un an, le gouvernement bruxellois envisage de rouvrir le tunnel du quartier Louise en attendant les travaux de rénovation.

Par la voix de sa cheffe de file Joëlle Milquet et du chef de groupe au parlement régional Benoît Cerexhe, le cdH en appelle également à une mobilisation générale des autorités régionales et fédérales pour "dégager une solution concertée et rapide, tant dans la manière de trouver les financements nécessaires que dans la mise en œuvre d'alternatives crédibles".

 

Le ministre flamand de la Mobilité Ben Weyts (N-VA) ©BELGA

La N-VA a réagi au quart de tour. Pour Bart De Wever, il n'est pas question de libérer de l'argent au Fédéral ou en Flandre pour réparer les tunnels bruxellois. "Avec la sixième réforme de l'État, nous avons déjà beaucoup donné (à Bruxelles, ndlr), vraiment beaucoup" insiste le président de la N-VA. Dans le cadre du refinancement de Bruxelles, la capitale a en effet reçu 500 millions d'euros afin de compenser l'augmentation des coûts de mobilité liés aux navetteurs flamands et wallons.

"Lorsque vous êtes compétent, vous ne l'êtes pas seulement pour les avantages, mais aussi pour les inconvénients."
Ben Weyts
Ministre flamand de la Mobilité

Le ministre flamand de la Mobilité Ben Weyts (N-VA) a emboîté le pas à son président de parti. "Le fait que les Flamands utilisent les infrastructures bruxelloises n'a rien à voir. Je ne réclame pas d'argent aux Régions wallonne et bruxelloise pour l'entretien de la E40 parce que des Wallons et des Bruxellois l'utilisent pour se rendre à la Côte." 

Laurette Onkelinx a toutefois affirmé: "Nous ne demandons rien aux autres Régions." L'ex-vice-première ministre en appelle en revanche aux autres entités dans le cadre du débat européen sur le respect des normes budgétaires. "Il faudra en parler aussi avec l'Europe: laissez-nous investir sans pour autant nous sanctionner pour un petit déficit", a-t-elle demandé.

Et Rudi Vervoort d'enfoncer le clou: "Je ne demanderai pas un centime. Ce sont nos compétences, pas celles des autres. Nous ne demandons pas d'argent pour mener une politique que nous déciderons de nous-même". Il reconnaît toutefois que ces travaux risque de faire dévier la Région de sa trajectoire budgétaire.

L'épineuse question du financement de la rénovation des tunnels  bruxelloise sera au programme d'une réunion du gouvernement bruxellois jeudi.



Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés