Bruxelles reprend la main sur le parking Loi et son millier de places

©Belga

L’infrastructure servira de levier à la Région bruxelloise pour revoir la mobilité dans le quartier européen.

Situé sur le territoire de la Ville de Bruxelles, le parking Loi s’étend sur une longueur de plus de 600 mètres sous la rue du même nom, entre la Petite ceinture et la chaussée d’Etterbeek. Réparti sur trois niveaux en sous-sol entre la voirie et le métro, celui-ci compte précisément 1.109 emplacements. Construit dans les années 1960, le parking est la propriété de la Région bruxelloise, mais son exploitation a été confiée à la société Interparking sur base d’un bail emphytéotique conclu en 1969 pour une durée de 50 ans. L’emphytéose expire donc cette année, le 19 novembre 2019 plus précisément. Dans ce contexte, le gouvernement bruxellois a récemment décidé de confier l’exploitation du parking à l’agence régionale du stationnement, parking.brussels.

La fin de l’emphytéose représente une opportunité pour l’exécutif bruxellois qui disposera ainsi d’un outil supplémentaire dans le cadre de ses projets de transformation du quartier européen. Pour mémoire, la rue de la Loi fait l’objet de plusieurs plans de réaménagement visant notamment à permettre à la Commission européenne de concentrer ses activités dans l’îlot 130.

Bruxelles Mobilité suggère de restreindre la capacité du parking à 500 places.

Approuvé en 2010, le Projet urbain Loi (PUL) doit permettre une diversification fonctionnelle du quartier avec la création de nouveaux logements, de commerces, d’équipements publics et des nouveaux bureaux. Mais faute d’avoir été précédé d’une évaluation sur les incidences environnementales, le règlement régional d’urbanisme zoné (RRUZ) – qui sert de cadre juridique au PUL – fait l’objet d’un recours toujours pendant au Conseil d’État. En parallèle, la Région travaille aussi à la conception d’un plan d’aménagement directeur (PAD) poursuivant les mêmes objectifs: la restructuration des implantations de la Commission européenne le long de la rue de la Loi, et le développement d’une mixité de fonctions avec une amélioration de la mobilité et un rehaussement de la qualité de vie.

Et c’est dans ce domaine-là que le parking Loi pourrait avoir un rôle à jouer. Dans un premier temps, sa capacité de 1.109 places serait maintenue afin de limiter fortement la capacité de stationnement en surface dans la zone, selon un plan qui sera élaboré en concertation avec les communes concernées. Ensuite, la réaffectation de certaines parties du parking à des solutions alternatives au parcage de voitures est envisagée.

Emplacements sécurisés pour les vélos

Dans une note stratégique relative à l’avenir du parking Loi, Bruxelles Mobilité estime que le nombre d’emplacements est actuellement beaucoup trop important pour la situation géographique, ce qui fait du parking Loi un véritable stimulateur de déplacements en voiture dits de proximité. Afin de coller davantage aux volontés régionales en matière de mobilité qui prévoient une diminution des emplacements voitures dans les zones facilement accessibles en transports en commun, l’administration bruxelloise chargée des équipements, des infrastructures et des déplacements suggère de restreindre la capacité à 500 places.

Certaines parties du parking pourraient être transformées en parking vélos sécurisés. Bruxelles Mobilité propose la création de 2.000 emplacements pour les deux-roues vers Arts-Loi, ce qui représente une réaffectation de 400 places pour les voitures, et la création de 500 emplacements pour vélos à proximité de Maelbeek, soit l’équivalent d’une centaine de places pour les voitures. Un nombre qui répondra à la demande si l’objectif régional de 20% de part modale des déplacements domicile-travail à vélo est atteint. Au niveau -2, un stock de 69 emplacements à attribuer en compensation aux riverains serait conservé.

Sur les 500 places restantes, l’administration propose que 140 soient dévolues à du parking de bureaux, une cinquantaine à l’autopartage et une dizaine, au moins, aux personnes à mobilité réduite. Enfin, 300 places seraient maintenues pour du stationnement "rotatif".

Nouveau permis d’environnement

Chargée par le gouvernement de reprendre l’exploitation du parking Loi une fois le bail emphytéotique expiré, l’agence régionale du stationnement a pris l’initiative d’introduire une demande pour un nouveau permis d’environnement. Valable jusqu’en 2031, le permis actuel fait l’objet de différents recours de la part d’Interparking qui conteste notamment le paiement de la charge environnementale devant le tribunal de première instance.

Lire également

Publicité
Publicité