Comment améliorer la vie des navetteurs vers Bruxelles?

©Photo News

Afin de décourager les navetteurs de prendre leur voiture pour venir travailler à Bruxelles, il n'y a pas une solution, mais plusieurs. Brussels Studies s'est penché sur cet énorme problème qu'est la mobilité en périphérie.

"La mobilité entre Bruxelles et sa périphérie apparaît comme une problématique", nous dit une étude de Brussels Studies, revue de recherche axée sur la capitale. Personne ne sera surpris. Mais au-delà du constat, cette analyse explique aussi les raisons du problème et fait émerger des pistes de solutions.

Le trafic automobile a augmenté ces dernières années autour de la capitale, alors qu'il diminue dans Bruxelles même. Alors, pourquoi la mobilité représente-t-elle un tel casse-tête en périphérie? Parce elle implique des enjeux politiques, sociaux, économiques, environnementaux et organisationnels. Ce qui rend la compréhension du chaos routier actuel et sa prise en charge difficiles.

Pourquoi ça bouchonne?

Il y a de fortes disparités en termes de mobilité dans le territoire autour de Bruxelles. Certains espaces, principalement le long des corridors reliant Bruxelles aux villes régionales, sont clairement bien connectés par route et transports publics. Ailleurs, par contre, les déplacements en transports en commun sont peu efficaces. On parle ici de lieux plus ruraux et éloignés, ou bien de la proche périphérie de la capitale qui souffre notamment de l'absence d'intégration pour l'offre de transports en commun.

©Photo News

L’absence d’une alternative de qualité à la route semble participer, dans et autour de Bruxelles, à une sur-utilisation de l’automobile, explique Brussels Studies. Évidemment, la dimension socio-économique entre aussi en ligne de compte. L’usage des transports en commun est globalement plus élevé au niveau des classes populaires que parmi les plus nantis. Le standing est plus élevé dans la périphérie proche de Bruxelles et au sud-est de la capitale, la voiture de société y est donc plus répandue.

Un autre critère qui joue, c'est l'offre des transports en commun, qui est plus développée là où la densité de population est élevée. Par exemple, l'offre de trains est bonne au départ des villes petites et moyennes alors que dans les espaces plus ruraux (comme aux limites sud-est et nord-est de la périphérie), le faible potentiel de passagers explique les lacunes du réseau ferroviaire.

Que faut-il changer?

©BELGA

Le rédacteur de l'étude de Brussels Studies regrette que les différents projets en matière de mobilité dans l'espace métropolitain bruxellois n'intègrent pas une vision intégrée de la situation, ce qui les rend difficiles à mettre en oeuvre, voire inadaptés. Il faudrait la mise en œuvre d’une régulation métropolitaine de la mobilité. Mais qu'est-ce qui coince? "Des questions très concrètes de financement, de structure ou de délégation d’autorité restent pour l’instant non résolues et entravent tout changement majeur", résume l'étude.

Et qu'est ce qu'une telle régulation métropolitaine en matière de mobilité pourrait faire? Mettre en oeuvre des politiques différentes pour répondre à des situations spécifiques. 

• Dans la périphérie proche, il faudrait des solutions pour des déplacements courts, avec une meilleure intégration des offres (Stib, Tec, De Lijn et SNCB). Il faudrait étendre les lignes de la Stib hors de la capitale, faciliter l'usage du vélo et peut-être créer des parkings de dissuasion.

• Pour la seconde couronne, Brussels Studies propose de décourager l'usage de la voiture  avec des services de bus de rabattement vers les gares, qui proposeraient une offre renforcée.

• Pour les lieux moins bien connectés, il faudrait des lignes rapides de bus vers les gares principales ou des parkings au niveau de ces gares.

"Bien sûr, insiste Brussels Studies, ces mesures devraient être accompagnées de politiques relatives à l’aménagement du territoire, aux infrastructures routières, à l’organisation et la localisation des services, à la fiscalité automobile, puisque l’offre n’est pas un facteur suffisant pour induire un report modal." 

Lire également

Publicité
Publicité