"La taxe coûterait cher au portefeuille des automobilistes bruxellois" (Françoise Schepmans)

©Photo News

Pour Françoise Schepmans, "le gouvernement bruxellois prône les taxations et les suppressions plutôt que les innovations" et la taxe kilométrique intelligente pénaliserait l'attractivité économique de Bruxelles tout comme le portefeuille des habitants.

Le risque d'une surenchère de taxe, instaurée par les deux autres Régions, pénaliserait l'attractivité économique de Bruxelles et coûterait cher au portefeuille des automobilistes bruxellois... sans résoudre les problèmes de mobilité!
Françoise Schepmans
MR

La cheffe de groupe MR au parlement bruxellois réagit à l'annonce de la ministre de la Mobilité bruxelloise d'avancer rapidement sur le dossier de la taxe kilométrique. Pour Françoise Schepmans, "il faut procéder par étapes sans quoi Bruxelles et ses habitants risquent de pâtir d'une telle décision". "Pas de nouvelle taxe!" demande-t-elle.

Elle rappelle que le MR est favorable à la réforme du système de taxe de circulation et de mise en circulation en instaurant un bonus fiscal progressif dans le cadre d'une seule et même taxe articulée autour de l'indicateur Ecoscore. "En clair, favoriser les voitures les moins polluantes."

Plus cher

Selon elle, la taxe telle que préconisée par Elke Van den Brandt alourdirait la fiscalité automobile pour les Flamands, pour les Wallons et également pour les Bruxellois. "En effet, la ministre affirme vouloir réduire, pour les Bruxellois, la taxe de circulation, mais leur rajoute une nouvelle taxe kilométrique. Elle donne d'une main ce qu'elle reprend plus lourdement de l'autre. Si la taxe kilométrique est instaurée, elle doit remplacer toutes les autres taxes liées à la possession d'une voiture", insiste la cheffe de groupe MR au parlement bruxellois. 

Tout comme le patron de Beci, elle craint qu'un cavalier seul de la Région bruxelloise sur le principe de la taxe kilométrique n'engendre une surenchère. "Le risque d'une surenchère de taxe, instaurée par les deux autres Régions, pénaliserait l'attractivité économique de Bruxelles et coûterait cher au portefeuille des automobilistes bruxellois... sans résoudre les problèmes de mobilité!"


 

Lire également

Publicité
Publicité