Les trottinettes partagées s'arrachent à Bruxelles-Ville et Ixelles

©Photo News

Bruxelles-Mobilité a lancé un projet pilote avec la start-up parisienne Vianova afin d’analyser les données fournies par les opérateurs des trottinettes, vélos et scooters en libre-service dans la Région. Les véhicules sont principalement utilisés à Bruxelles-Ville et à Ixelles, d'après les premières observations.

La gestion des véhicules partagés en free-floating, soit sans station d’où il faut démarrer et achever la location, est un défi, en témoignent les trottoirs bruxellois. Mais ces nouveaux modes de déplacement ont un avantage: ils sont équipés d’une puce GPS qui les localise en permanence et fournit une quantité impressionnante de données

Si ces données sont précieuses pour les opérateurs qui peuvent analyser leur flotte et les comportements de leurs clients, elles sont aussi utiles pour les autorités qui régulent le secteur. À Bruxelles, l’arrêté cyclopartage impose aux opérateurs de fournir en temps réel le nombre de véhicules présents et en service dans la Région.

Contrôle, régulation, compréhension

Pour rassembler ces données auprès des sept sociétés qui opèrent à Bruxelles et les analyser, la Région a lancé un projet pilote de six mois avec la start-up parisienne Vianova. "L’objectif est de disposer d’un tableau de bord des mobilités partagées afin d’assurer une meilleure gestion de ces services", explique Camille Thiry, porte-parole de Bruxelles-Mobilité, l’administration en charge des déplacements dans la capitale.

60
pourcent
Vianova a démontré qu’il y avait une forte concentration au niveau de Bruxelles-Ville et d’Ixelles avec 60% des véhicules présents dans ces communes.

Du côté de Vianova, on se présente comme un “tiers de confiance” entre les opérateurs et l’administration. “On permet le contrôle, la régulation et la compréhension des déplacements” explique Thibaud Febvre, cofondateur et directeur des opérations. “On peut par exemple observer quelles infrastructures sont les plus utilisées, quelles zones de stationnements sont les plus populaires, si les zones dédiées au dépôt des véhicules sont respectées”, détaille-t-il.

Des premières observations

Concrètement, chaque véhicule envoie sa position toutes les trente secondes lorsqu’il n’est pas utilisé. Et pendant une location, la localisation est actualisée tous les trente mètres. Des données pour chaque véhicule qui permettent à l’administration de vérifier si les zones interdites au stationnement par la Région, comme la rue de la Loi, la rue Neuve ou l’enceinte des principales gares, sont effectivement respectées. 

“Pour chaque flotte, on a le pourcentage de véhicules disponibles, en opération ou en maintenance”, continue Thibaud Febvre. Des données qui ont déjà permis de dégager certaines tendances. “On a démontré qu’il y avait une forte concentration au niveau de Bruxelles-Ville et d’Ixelles avec 60% des véhicules présents dans ces communes. Les jours d’affluence sont les mercredis et les samedis. Et on observe également une utilisation pendulaire avec des pics en début et fin de journée: 40% des trajets sont réalisés entre 17 et 20h, détaille le COO de Vianova. “Les quartiers de départ et d’arrivée les plus populaires sont le quartier royal, la Grand-Place, Flagey, le quartier nord, le quartier européen et Matonge”, termine Thibaud Febvre. 

Le centre de Bruxelles est très fréquenté par les engins en free-floating. ©Vianova

Des données précises qui ne doivent pas pour autant inquiéter les utilisateurs. “Il n’y a pas de notion d’appartenance à un véhicule”, précise Thibaud Febvre. Pour remonter à un utilisateur individuel, il faudrait craquer la base de données des opérateurs. Le risque de réidentification est vraiment minime. De plus, après cinq jours, toutes les données sont agrégées.”

Un traitement des données qui a un prix: Vianova facture en moyenne 10.000 euros par mois dans les villes où elle opère: à Bruxelles, Zurich et Faro. Pour la fin 2020, elle espère avoir 15 villes sous contrat. La start-up entend également lever 1,5 million d’euros au premier trimestre.


Lire également

Publicité
Publicité