Les voitures de société roulent 111 km de plus par semaine

©Photo News

Avoir une voiture de société pousse les conducteurs à conduire davantage. Le régime fiscal a donc des conséquences économiques, environnementales et sociales.

"On prend ma voiture, c'est ma boite qui paye." Vous avez sans doute déjà entendu cette phrase. Le Bureau du Plan s'est penché sur le comportement des conducteurs des voitures de société et en un mot, on parle de surconsommation.

• Taille: les ménages qui disposent d'une voiture de société ont généralement des cylindrées supérieures de 5% que les autres ménages.

• Prix: les voitures sont généralement 62% plus chères.

• Nombre: la probabilité de trouver plus d’une voiture au sein du parc du ménage étant supérieur de 2,4% pour les ménages disposant d’une voiture de société.

• Consommation: les voitures de société roulent en moyenne 8,2 kilomètres de plus par jour, pour des déplacements privés et 58 kilomètres de plus par semaine, pour les déplacements domicile-travail.

Cette surconsommation a un coût sociétal évalué à 905 millions d'euros par an en plus du coût du système, a calculé le Bureau du Plan à l'issue d'une enquête. Le coût du système est lui généralement évalué à 4 milliards d'euros.

Perte de bien-être

Cette situation entraîne une perte de bien-être calculée par le Bureau du Plan. Au total, le surcoût de la voiture, des excès de kilomètres pour le travail, des excès de kilomètres à des fins privées, des files et de la pollution est de 0,23% du PIB, soit 905 millions d'euros.

©Lieven Van Assche

Le ministre de l'Emploi Kris Peeters s'est engagé à "tenir compte de cette étude dans les débats futurs" tout en soulignant l'importance de conserver un "avantage fiscal inchangé" et en estimant que la voiture de société restait "une rémunération alternative intéressante". Le ministre propose d'instaurer un "budget mobilité" qui élargirait l'avantage des voitures de société à d'autres moyens de transport.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés