Pourquoi le viaduc Herrmann-Debroux est-il fermé?

©BELGA

Le viaduc Herrmann-Debroux s'érode. Conclusion, sa capacité portante est réduite. Pour le pas prendre de risques, la Région a décidé de fermer cet axe capital pour rentrer dans Bruxelles.

Depuis 1973, des dizaines de milliers d'automobilistes empruntent chaque jour le viaduc Herrmann Debroux. Après 44 ans de loyaux services, il montre des failles dans sa structure. Comme son voisin de Reyers qui depuis a été rasé. Comme les tunnels bruxellois. Et c'est toute la mobilité bruxelloise qui est impactée.

Samedi, le viaduc a été scruté à la loupe et la sentence est tombée: "le délaminage de la face intérieur et des piédroits du caisson est important", ce qui signifie concrètement que la structure n'est plus apte à porter le même poids qu'à l'époque de sa construction.

Conséquence: sa fermeture immédiate avec un chaos inévitable sur l'E411 et dans les rues avoisinantes. Le tronçon du viaduc entre Delta et Demey reste toutefois ouvert.

L'enfer en heure de pointe

"A 6h30, des files étaient déjà constatées depuis Overijse (Brabant flamand) en direction de Bruxelles", selon la la porte-parole de Bruxelles Mobilité, Camille Thiry. A 7h30, plus de 6km d'embouteillages étaient observés sur l'autoroute E411. Une demi-heure plus tard, les automobilistes perdaient 50 minutes avec des files de plus de 8 km sur l'autoroute E411 en direction de la capitale et plus de 11km sur le RO Waterloo. Peu avant 9h00, toutes les entrées dans Bruxelles étaient par ailleurs saturées.

Prochaines étapes

Le ministre bruxellois de la Mobilité, Pascal Smet, a détaillé lundi les actions entreprises, à savoir:

• Déterminé la gravité du phénomène
• Déterminer les causes de cette fragilité
• Préciser le risque à court terme

D'ici mercredi, il sera en possession des premiers résultats et décidera s'il rouvrira ou non le viaduc. Même si sa démolition n'est pas envisageable sous cette législature, Pascal Smet estime qu'"à terme le viaduc n’a plus sa place dans la vision que le gouvernement prescrit".

Priorité: alléger le trafic

Plusieurs mesures ont été prises pour réduire la congestion du trafic, qui risque toutefois de connaître une journée noire mardi en raison de la grève des services publics

1. Parkings de dissuasion

Au total, 4.200 places de parking supplémentaires sont offertes en Wallonie: à Louvain-La-Neuve, Wavre (parking du Walibi), Genval, Rixensart et La Hulpe.

2. Renforcement des trains

La SNCB propose cinq trains supplémentaires (aller-retour matin et soir Louvain-la-Neuve et Ottignies et un train retour vers Namur).

3. Renforcement des bus

Plusieurs bus supplémentaires de la ligne TEC Conforto, qui relie Wavre à Auderghem, attendent les navetteurs sur le parking du parc d'attraction Walibi, à l'entrée de Wavre. Ils partent toutes les 15 minutes. De son côté, De Lijn propose des bus supplémentaires au départ d'Hoeilaert et Overijse, à raison de six bus par heure.

4. Moins de bandes sur l'E411

Le trafic a été ramené sur deux bandes de circulation à la fin de l'E411, libérant ainsi une bande de circulation aux bus et taxis. D'autres ajustements sont prévus dans les rues avoisinantes. 

La réponse des ministres de la Mobilité

Les trois ministres de la Mobilité, Pascal Smet (sp.a) pour Bruxelles, Carlo Di Antonio (cdH) pour la Wallonie et François Bellot (MR) pour le Fédéral, étaient ce lundi les invités de la matinale de Bel RTL.

Au rayon des solutions pour améliorer la mobilité dans et autour de la capitale, Pascal Smet se dit favorable à "une tarification intelligente, comme pour les camions", mais se refuse à envisager un système de péage stricto sensu. Lui et son homologue wallon, Carlo Di Antonio, veulent en revanche plus de covoiturage sur nos routes, "le taux d'occupation des voitures est de 1,3% en Belgique, c'est un des plus bas d'Europe", se désole le ministre Di Antonio. Enfin, au niveau du gouvernement fédéral, on nous assure que le chantier du RER va redémarrer en 2018.

Le délaminage de la face intérieure du caisson du viaduc Hermann Debroux à Bruxelles est important, selon Pascal Smet. ©Cabinet du ministre Pascal Smet

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content