Premier bilan positif pour la zone 30 généralisée à Bruxelles

Il y a eu moins d'accidents graves à Bruxelles au cours des trois premiers mois d'application de la zone 30 généralisée. ©Photo News

Le gouvernement bruxellois dresse un premier bilan trimestriel concluant pour la zone 30. Par exemple, le temps de parcours des conducteurs est resté identique.

L'instauration de la limite de vitesse à 30 km/h sur la majeure partie du territoire bruxellois, le 1er janvier dernier, s'est traduite par une forte diminution du nombre d'accidents et de victimes.

Selon la ministre bruxelloise de la Mobilité, Elke Van den Brandt (Groen), qui s'est exprimée par voie de communiqué, les premiers résultats de cette mesure sont plutôt positifs et prêtent à l'optimisme.

Les caméras Lidar affichent des réductions de 7% à 19% des vitesses moyennes pratiquées sur l'ensemble des axes, qu'il s'agisse de ceux à 30 km/h ou 50 km/h.

"Cela se traduit par une première baisse du nombre d'accidents (graves). Il est encore trop tôt pour des conclusions définitives et nous savons de l'expérience des villes étrangères qui nous précèdent que l'évolution se poursuivra encore au fil du temps, mais cela montre déjà que Ville 30 est une étape importante vers une ville sûre et conviviale, avec moins de morts et de blessés sur la route."

Temps de parcours identiques

Les données de Bruxelles Mobilité récoltées par les caméras Lidar affichent des réductions de 7% à 19% des vitesses moyennes pratiquées sur l'ensemble des axes, qu'il s'agisse de ceux à 30 km/h ou 50 km/h.

Les mesures de vitesse effectuées par les radars-tronçons confirment ces tendances, selon la ministre. "Cette réduction de vitesse moyenne n'a pas d'impact sur les temps de parcours. Bruxelles Mobilité constate toujours des temps de parcours identiques, voire légèrement inférieurs en fonction des périodes", ajoute-t-elle.

30
victimes
Au premier trimestre, 30 victimes d'accidents de la route ont été recensée à Bruxelles (dont deux personnes décédées), contre 44 en moyenne ces cinq dernières années.

Un record en cinq ans

On observe également, en corollaire, une réduction du nombre d'accidents pour ce premier trimestre 2021: 635 accidents, contre 814 au premier trimestre de 2020. Pour éviter le biais "confinement", on peut également comparer ces chiffres au dernier trimestre de 2020 à savoir 708 accidents recensés.

La diminution est également marquée pour les accidents graves. Le nombre de personnes décédées sur place ou grièvement blessées pendant les trois premiers mois de l'année n'a jamais été aussi bas en cinq ans: 30 victimes, dont deux personnes décédées, pour une moyenne de 44,2 ces cinq dernières années. Ce chiffre était de 38 au dernier trimestre 2020, en période de confinement.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité