Scooty, le scooter électrique de location pour les Bruxellois

Un système de scooters électriques partagés sera bientôt mis en libre-service partout dans la ville de Bruxelles, a annoncé lundi Scooty, la start-up qui porte ce projet. ©scooty

En octobre prochain, un service inédit de scooters électriques en accès libre sera disponible à Bruxelles. La start-up Scooty mettra à disposition ses scooters, dans une zone de disponibilité encore restreinte à Bruxelles.

Bruxelles avait déjà ses voitures électriques Zen Car de location, ses premiers bus électriques testés dès 2012... Place désormais aux scooters électriques partagés. Les premiers deux-roues du service Scooty seront disponibles à la location à Bruxelles dès octobre 2016. Une première phase de tests en conditions réelles mettra à disposition une trentaine de scooters blancs et noirs.

Les scooters électriques seront répartis dans des endroits-clés à l’intérieur d’une zone qui s'étendra de la gare centrale au quartier européen, en passant par l’avenue Louise.

Un abonnement mais aussi une location au trajet

 

Les équipiers de Scooty se chargeront de changer les batteries des scooters à plat. Une application pour smartphones permet de "localiser, louer et démarrer le scooter, à toute heure du jour ou de la nuit. Les scooters seront tous équipés d'un casque ainsi que des autres accessoires utiles pour prendre la route afin de rendre le service accessible à toute personne munie d'un smartphone", vante Bram Vandeperre, le fondateur de ScootyLe casque, logé sous la selle, sera doté de protections et ajustable au tour de tête. 

Avec deux amis, on s'est demandé comment améliorer la mobilité à Bruxelles. Un scooter électrique, c'est comme un vélo en plus facile
Bram Vandeperre,

Contrairement au Zen Car, le Scooty "n’est pas assigné à un emplacement spécifique", il ne se recharge pas sur une borne fixe. L’utilisateur le gare, à sa guise, "sur une place publique autorisée", précise Jan Iost, investisseur dans le projet. Et lorsque le scooter perd de son autonomie, l'application mobile le signale aux salariés de la société qui viennent remplacer eux-mêmes les batteries.

• Le prix? Aucun engagement. Les utilisateurs pourront choisir entre un abonnement et la location du scooter par trajet. Une traversée de Bruxelles de quinze minutes coûtera 3,50 euros et 0,20 centime par minute supplémentaire. L'abonnement mensuel reviendra, quant à lui, à 35 euros par mois. La fin de la location est enregistrée lorsque l’on replace le casque sous la selle.

La jeune entreprise offrira également des formules sur mesure aux entreprises qui souhaiteraient mettre des scooters électriques à disposition de leur personnel au tarif de 29 euros par mois.

Il n’est pas question non plus d'atteindre des records de vitesse. Le Scooty, un modèle d'un fabricant de motos-cross, équivalent d’un 50 centimètres cubes, est bridé à 45 kilomètres à l’heure, vitesse maximale pour les cyclomoteurs de classe B. Il faut être titulaire d'un permis B si vous souhaitez circuler sur les deux roues électriques.

Les utilisateurs pourront localiser, louer et démarrer leur scooter via une application mobile, à toute heure du jour ou de la nuit. Les scooters seront tous équipés d'un casque ainsi que des autres accessoires utiles pour prendre la route afin de rendre le service accessible à toute personne munie d'un smartphone.
Bram Vandeperre
Fondateur de Scooty

100% électrique et technologique, le service de location Scooty devrait s'étendre progressivement jusqu'à "couvrir toute la région", espère son fondateur, encouragé par la ville de Bruxelles pour le lancement des scooters électriques. A terme, le fondateur voit grand en cas de succès. "Nous penserons peut-être à grandir dans d'autres villes et pays", précise Bram Vandeperre, qui travaille à l'élaboration du projet depuis le mois de févrierUn service équivalent existe déjà à Paris, Berlin et à Barcelone

Les personnes intéressées sont invitées à s'enregistrer pour la phase test sur le site internet www.scooty.brussels

Si le risque de rendre des véhicules dans un état déplorable est concevable, le fondateur du projet reste confiant à ce sujet. Bram Vandeperre n'a pas prévu pour l'instant d'assurance en cas de vandalisme. L'utilisateur est couvert quant à lui par une assurance tous risques.

Fondé par Bram Vandeperre, Scooty est entièrement privée. Près de 500.000 euros ont déjà été investis dans le projet pour la trentaine de scooters électriques qui seront mis en circulation. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content