Seulement deux parkings pour le piétonnier bruxellois

©Photo News

Alors qu'était prévue initialement la création de 4 parkings, Yvan Mayeur a expliqué qu'il ne serait finalement question que de deux parcs à stationnement, l'un près de la gare du Midi et l'autre à la place de l'Yser.

Depuis sa création il y a un an, le piétonnier aura déjà fait couler beaucoup d'encre. Entre les commerçants qui le considèrent comme responsable d'une grande partie de leurs pertes et les Bruxellois qui se plaignent de la difficulté d'accès au centre-ville, le piétonnier ne fait toujours pas l'unanimité. Et les choses risquent de s'empirer après l'annonce du bourgmestre Yvan Mayeur, l'homme derrière le projet depuis le premier jour, ce mercredi dans La Capitale. 

"A terme, on fera seulement deux parkings, a-t-il déclaré au quotidien, l'un du côté de la place de l'Yser et l'autre du côté de la gare du Midi." Le bourgmestre a également l'intention de créer un nouveau parking réservé uniquement aux habitants des Marolles, qui devrait ne pas être en sous-sol. "On a trouvé un endroit [...] on va étudier pour voir si c'est possible" a-t-il ajouté.

Le projet initial prévoyait non pas deux parkings mais bien quatre, les deux cités par Yvan Mayeur devant être accompagnés par un parking à la place du Nouveau Marché-aux-Grains et un autre sous les Brigittines. Mais le projet a été abandonné selon le bourgmestre de Bruxelles.

Les quatre parkings faisaient partie intégrale du plan de circulation mis au point lors de la transformation en piétonnier des boulevards du centre de Bruxelles. La nécessité de nouveaux parkings pour le centre de la ville était évidente, les places de stationnement se faisant rares à Bruxelles et la nouvelle interdiction pour les voitures de circuler sur une grande partie du Boulevard Anspach rendant difficile l'accès au centre-ville. Yvan Mayeur souhaitait donc fournir des endroits de stationnement aux abords du centre pour permettre aux automobilistes d'y laisser leur voiture et de continuer leur chemin en transports en commun ou à pied.

Mais voilà que le bourgmestre de la Ville change ses plans, ce qui risque d'apporter de l'eau au moulin des détracteurs du piétonnier. 

©Photo News

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content