L'analyste vidéo est devenu incontournable

©Photo News

Cela a pris davantage de temps que dans d’autres sports, mais l’analyse vidéo s’est imposée dans le foot moderne. À un point tel qu’un vrai besoin de formation se fait sentir pour un métier qui occupe des centaines de personnes rien qu’en Belgique.

Oubliez les tableaux blancs et les marqueurs dans les vestiaires de foot, c’est dépassé. En l’espace de 10 ans, une petite révolution s’est opérée dans la stratégie du foot. Les analystes vidéo connaissent leur heure de gloire. Longtemps réticent, le football a tardé à vraiment mettre les bouchées doubles sur les analyses vidéo, à l’inverse d’autres sports où la pratique est monnaie courante depuis des décennies, tout particulièrement aux Etats-Unis.

Aujourd’hui pourtant, la discipline s’est imposée. Les analystes vidéo font partie intégrante des entraînements, sont présents à la mi-temps et développent des analyses en éclaireurs auprès des autres équipes.

Un bond en avant

"Évidemment, on peut encore aller plus loin. Mais on a fait de gros pas en avant, que ce soit au niveau des clubs ou de la Fédération. Il y a 10 ans, on était des débutants, mais depuis les 5 dernières années, tout le monde est convaincu", explique Kris Van Der Haegen, directeur de l’école des entraîneurs de l’Union belge de football et en charge de la licence pro avec Ariel Jacobs. Le temps du Mondial, Kris Van Der Haegen arpente les terrains comme scout vidéo.

"Les bons résultats en hockey ont réussi à convaincre le monde du foot."
kris van der haegen
union belge de football

L’idée est de confronter les idées du staff aux images du match des adversaires. Ensuite, les scouts vidéo établissent un rapport qui est envoyé directement à l’analyste vidéo des Diables Rouges.

Mais ce n’est là qu’une des facettes des analystes vidéo qui interviennent également au quotidien dans la formation des joueurs, la stratégie tactique des équipes ou l’optimisation des entraînements.

Aujourd’hui, tous les clubs belges ont des équipes dédiées à l’analyse vidéo. "Lors d’un match, l’analyste vidéo montre 3 ou 4 clips de feedback pendant la mi-temps, il peut aussi montrer une vidéo en aparté à un joueur sur une tablette si quelque chose doit être corrigé", dit Kris Van Der Haegen. Le genre de choses qui aurait été impensable il y a quelques années, un peu comme l’apport des psychologues dans le sport. Le réflexe était souvent de dire: "On n’a jamais eu besoin de cela auparavant, pourquoi en aurait-on besoin aujourd’hui?". Dans le cas des psychologues d’équipe, le premier réflexe était même de dire: "Mais je ne suis pas malade!"

L’exemple du hockey

En Belgique, le foot s’est notamment inspiré du hockey belge. "Là où le football est plutôt conservateur, ils sont plutôt révolutionnaires dans le hockey. Les bons résultats du hockey ont aidé à convaincre le monde du foot", pointe Kris Van Der Haegen.

+0,7%
.
Les 11 actions sélectionnées: Adidas, Nike, AB InBev, Carlsberg, Coca-Cola, Visa, Gazprom, TF1, Carrefour, GVC Holdings (Ladbrokes) et EVS. Le portefeuille a gagné 0,7% mardi, emmené par GVC et TF1 (+2%).

Les grands clubs de football anglais ont des équipes impressionnantes d’analystes grâce à des moyens considérables. Difficile de les égaler. Il est par contre possible de davantage rivaliser au niveau des moyens quand on parle de sélections nationales. Pour cette Coupe du monde, ils sont ainsi huit analystes vidéo "scouts" à aller épier les autres équipes pour le compte des Diables Rouges.

Besoin de formation

Aujourd’hui, rien qu’en Belgique, ils sont des centaines à exercer le métier d’analyste vidéo. "On est en train de mettre en place une formation d’analyste vidéo. Jusqu’ici, on faisait du recyclage. Il y a beaucoup de demandes, car il suffit d’une caméra et d’un ordinateur pour déjà faire du bon travail. C’est très accessible. Ça aide beaucoup. En investissant 2.000 euros, on peut obtenir de bons résultats", détaille le responsable de l’Union belge.

Les matchs du jour

· Corée du Sud-Allemagne à 16h. L’outil conçu par L’Echo et Kick & RushLab donne l’Allemagne gagnante à 75%.

· Mexique-Suède à 16h. Le Mexique gagnant à 43% contre 29% de chances pour la Suède (égalité à 28%).

· Serbie-Brésil à 20h. Le Brésil donné gagnant à 77%.

· Suisse-Costa Rica à 20h. La Suisse gagnante à 48% contre 22% pour le Costa Rica (égalité à 30%).

Pour être une référence en matière de formation des jeunes joueurs, l’analyse vidéo s’est invitée dans les académies belges de jeunes. Dès l’âge de 12 ou 13 ans, les joueurs sont familiarisés avec cette manière de travailler. C’est jugé efficace afin que les jeunes s’auto-évaluent et progressent mieux. À Tubize, où s’entraînent les Diables, on utilise même les images prises par des drones pour optimaliser les entraînements.

Les grands clubs comme les équipes nationales établissent de la sorte de grandes banques de données auxquelles les analystes peuvent avoir accès de là où ils sont, que ce soit pour les alimenter où les consulter.

Les Red Flames, la sélection belge féminine de football, est également passée aux analyses vidéo, y compris dans les catégories les plus jeunes.

Une analyse vidéo qui s’invite également dans tous les clubs professionnels de la D4 allemande à notre D1B et qui montre que le football est désormais passé à l’ère des nouvelles technologies.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content