Un match des Diables au Mondial, c'est 600 euros minimum

Proximité aidant, les supporters des Diables Rouges étaient présents en masse à l’Euro 2016, comme ici, à Lille, lors du huitième de finale face au Pays de Galles. ©Belgaimage

Longues distances, sentiment d’insécurité et coûts élevés. Il y aura relativement peu de fans belges au Mondial. Seuls les irréductibles ont décidé de casser leur tirelire.

Les supporters belges ne seront pas bien nombreux en Russie. Un peu plus de 3.000 pour les trois matchs de poule, sur les 6.000 sièges attribués aux fans belges (hors relations de l’Union belge et sponsors, qui ont droit à 700 sésames à chaque match). "Mais certains d’entre eux ont déjà pris des options pour les matchs à élimination directe", relève Tijs Cools, coprésident de "1895", la fédération des clubs de supporters.

Ceci n'est pas un quiz sur le Mondial, c'est un défi

Vous pensez être incollable en foot? L’histoire du Mondial n’a pas de secret pour vous? Alors tentez votre chance avec notre quiz diabolique du mondial et essayer d'atteindre la finale! (Attention, déconseillé aux débutants...)

Jouez au quiz ici!

Si les 1.700 places disponibles pour le match le plus attendu, Belgique-Angleterre, à Kaliningrad, ont logiquement trouvé preneur et même fait de nombreux déçus, en revanche les rencontres contre le Panama à Sotchi (à peine 350 billets écoulés sur les 2.336 disponibles) et la Tunisie à Moscou (un millier sur 2.211) n’ont pas déchaîné les passions. Les longues distances, un sentiment d’insécurité, le côté un peu austère du pays (surtout par rapport au Brésil) et les coûts élevés de pareil voyage semblent avoir dissuadé les fans.

Des prix élastiques

Difficile cependant de savoir précisément combien cela coûte de suivre les Diables Rouges au Mondial. Tout dépend du nombre de matchs que l’on compte voir, du parcours de l’équipe, du type de transport choisi, du genre d’hébergement réservé, de l’appartenance ou non à un des clubs de supporters membres de la coupole 1895, etc.

Ballon de cristal

Découvrez qui remportera la Coupe du monde, sur la base des statistiques compilées de toutes les équipes, lors des deux dernières années.

—> Voici les pronostics du Ballon de cristal

Dès l’annonce du tirage au sort, en novembre dernier, l’agence de voyages en ligne Travelbird avait calculé que si les Diables arrivaient en finale, il en coûterait 5.215 euros tout compris (vols, hôtels, tickets, dépenses diverses) au fan qui verrait l’intégralité des sept matchs et… 14.355 en formule VIP! Ceux qui se contenteraient des trois matchs de phase de poule devraient allonger entre 2.142 (standard) et 4.663 euros (VIP).

Pour les raisons évoquées ci-dessus, une grande partie des supporters optera néanmoins pour un seul match. Comme Renaud et Vincent, tous deux étudiants. Blocus oblige, ils n’ont pu se libérer que pour le match Belgique-Angleterre à Kaliningrad, le 28 juin. Mais tous deux sont passés par des filières différentes et ne paieront pas le même prix.

Priorité aux supporters fidèles

Car pour avoir une chance d’assister au Mondial en compagnie d’autres fans belges à un prix (relativement) raisonnable, il faut non seulement être membre d’un des clubs de supporters chapeautés par la fédération 1895, mais aussi être un supporter fidèle, c’est-à-dire qui se rend régulièrement au stade. C’est le cas de Renaud, membre du club des "Diaboulets liégeois" (sic): " On reçoit des points en fonction du nombre de matchs auxquels on assiste, en outre, j’ai assisté aux matchs en Bosnie lors de la phase qualificative et à Toulouse lors de l’Euro 2016, cela m’a sans doute aidé à bien me situer, au milieu du classement des supporters fidèles", s’amuse-t-il.

"Pour le match contre l’Angleterre, les fans des Diables les plus fidèles étaient prioritaires."
Renaud
supporter des diables rouges

Une fois le précieux sésame décroché, il lui restait à s’organiser. Avec 25 membres de son club, Renaud a choisi de partir en avion de Düsseldorf vers… Gdansk, en Pologne, à 170 kilomètres de Kaliningrad, essentiellement pour des raisons pratiques, de sécurité et de coûts. Ils y passeront trois nuits. "Là-bas, nous louons, via 1895, un bus pour nous rendre au match, explique le jeune homme; la fédération a été très efficace pour nous aider, chaque supporter recevant en outre un pack avec des gadgets Diables Rouges." Tijs Cools confirme que les difficultés à pénétrer l’enclave de Kaliningrad via la Pologne ont amené la fédération à venir en aide aux supporters: "Il est très compliqué de louer une voiture en Pologne pour aller à Kaliningrad et il y a de nombreux contrôles des véhicules à la frontière, c’est la raison pour laquelle nous avons affrété des cars au départ de Gdansk et de Varsovie."

Côté budget, Renaud a prévu 700 euros au total: 85 euros pour le ticket, 185 pour l’avion, le reste pour le transfert en bus, l’hôtel – dont il ne connaît pas encore le prix exact… – et les frais sur place.

Filière libre

Pour Vincent, ce fut par contre plus compliqué. Lui aussi est membre d’un club de supporters, mais trop pris par son blocus de janvier, il a laissé passer la date pour réserver un ticket via 1895. "J’ai donc dû passer par la vente libre, via la Fifa, ouverte le 13 mars dernier, explique-t-il un peu dépité; il ne restait plus que les places les plus chères à 170 euros, alors que mes amis passés par la filière de la Fédération n’ont payé que 130 euros; en outre, je ne serai pas avec eux mais avec les supporters neutres."

S’est ensuivie une lourde procédure: création d’un compte sur le site de la Fifa avant une file d’attente de… 16 heures avant de pouvoir passer commande. "J’étais tout le temps connecté, une fois que j’ai eu le feu vert, j’ai eu 10 minutes pour remplir le formulaire et payer; ce n’est qu’une semaine après que j’ai obtenu la confirmation!"

Comme Renaud, Vincent a lui aussi décidé de ne pas loger à Kaliningrad – compliqué et cher – mais à Vilnius, en Lituanie, où il se rendra en avion depuis Bruxelles pour une centaine d’euros. Avec quatre , ils ont loué un Airbnb d’où ils iront à Kaliningrad en voiture, soit environ 700 kilomètres aller-retour. Mais pour obtenir tous les documents nécessaires leur permettant d’entrer dans l’enclave avec un véhicule de location, il leur a fallu accomplir de fastidieuses démarches auprès des ambassades, belge à Moscou et russe à Bruxelles. Au total, Vincent a prévu un budget plutôt étriqué d’environ 600 euros.

Et si les Diables devaient aller plus loin dans le tournoi, retourneraient-il en Russie, début juillet? "Impossible, répond Renaud; quand on est un vrai fan comme moi, c’est le truc à faire une fois dans sa vie mais cela reste très cher; d’ailleurs je ne pourrais pas y retourner car en juillet je fais un job d’étudiant, précisément pour payer mon voyage à Kaliningrad..."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content