chronique

Alvvays, "Antisocialites"

Clément Bacq

Pop | 1CD/Vinyle - Polyvinyl Records. Note: 3/5

Révélés en 2014 avec l’entêtant single "Archie, Marry Me" suivi d’un premier album éponyme, les Canadiens d’Alvvays font leur entrée dans la catégorie poids lourds des groupes Dream Pop avec "Anticocialites". Comme l’immense majorité des groupes indés, la musique d’Alvvays n’a pas pour ambition de révolutionner le genre. Le quintet de Toronto pourrait même vite être considéré comme tout à fait banal pour les oreilles les moins attentives.

Alvvays - Dreams Tonite

"Antisocialites" est pourtant un objet tout à fait à part. Tout d’abord parce que la voix de Molly Rankin y apparaît plus cristalline et plus pénétrante que jamais, quand bon nombre de ses consœurs usent et abusent du vibrato. Mais surtout parce qu’il est profondément touchant. Mélodies malicieuses ("Plimsoll Punks", "Lollipop"), atmosphères solaires ("Not My Baby") ou douce mélancolie ("Dreams Tonite") donnent à cet album une palette de couleurs automnales réconfortantes.

"Antisocialites" ne figurera peut-être pas au panthéon des meilleurs crus de 2017, mais sa chaleur saura vous cajoler tout l’hiver.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content