Indie | Tamaryn - "Dreaming the dark"

©Dero Arcade

Figure de la scène dream pop, adorée autant par les amoureux de musique indé que par la communauté gothique, Tamaryn est une artiste qui fait l’unanimité auprès des mélancoliques.

La Néo-Zélandaise est à l’origine de compositions qui s’inscrivent directement dans le mouvement revival de la pop éthérée des années 80. Quatre ans après le très réussi "Cranekiss", dont le single éponyme tourne encore sur les platines de nombreux fans, l’artiste revient avec  b. Un album doux, brumeux et romantique qui aurait pu, s’il était sorti 30 ans plus tôt, inscrire Tamaryn au rang des grandes artistes des eigthies.

Tamaryn - Angels of Sweat

L’influence de Kate Bush est évidente ("Angels of sweat", "The jealous kind"), autant que celle des Cocteaux Twins ("You’re adored"), mais l’album ne bascule jamais dans la caricature grâce à une certaine modernité dans la production et la structure des morceaux. Les guitares distordues se font un peu moins présentes qu’à l’accoutumée, et laissent place aux nappes de synthés et aux basses profondes. Socle sur lequel Tamaryn vient faire danser sa voix puissante et cristalline. Une réussite.

Dero Arcade | Note: 4/5

Lire également

Publicité
Publicité