Drab Majesty - "Modern mirror"

Drab Majesty - "Modern mirror". Dais Records. Note: 3/5. ©Dais Records

Indie | Dais Records | Note: 3/5

Parmi la galaxie de ces nouveaux groupes qui font revivre la new wave, Drab Majesty est certainement l’élément le plus spectaculaire. Grimé de blanc de la tête au pied, le fantomatique Deb Demure est à l’origine de créations entre la darkwave et la dreampop, à l’orée du rêve et du cauchemar. Après deux très bons albums qui lui ont permis d’acquérir une petite notoriété, "Modern mirror" doit être l’album qui viendra enfoncer le dernier clou du cercueil.

Drab Majesty - "Oxytocin"

On y retrouve les guitares incisives, noyées sous les effets de chorus et de flanger dont les adorateurs des eighties se délecteront, ainsi que les claviers basses synthétiques, véritable marqueur du genre. La voix en écho de Demure vient, elle, envelopper les fréquences syncopées des huit pistes du disque. Malgré quelques estocades enlevées ("Dolls in the dark", "Elipsis") "Modern mirror" est moins direct que ses prédécesseurs, mais brille par l’amplitude et la massiveté de ses chansons, qui lui confère une aura cinématographique fantasmagorique presque "Lynchéenne".

Lire également

Publicité
Publicité