Publicité

Motorama - "Many nights"

©doc

Indie | Talitres - 4/5

À l’origine d’une pop percutante et mélancolique mâtinée de cold wave, les russes Motorama ont décidé avec "Many nights", leur cinquième album, d’opter pour la continuité, tout en empruntant un virage plus exotique.

Motorama - Second Part

Éclatant. C’est certainement le terme qui correspond le mieux à ce disque. Éclatant, par la clarté presque solaire qui baigne l’album, due en grande partie aux nappes de synthés éthérées, omniprésentes, tout au long de l’écoute, jusqu’à prendre la part belle sur les guitares pour la première fois dans la discographie du trio. Éclatant, par la fulgurance des percussions aux sonorités africaines et par cette basse claquante à coller les frissons ("No more time", "Second part"). Éclatant, par sa fugacité, tant les morceaux semblent possédés par l’urgence ("Homeward", "Bering island")… À tel point que les dix titres s’enchaînent presque à la vitesse d’une Soyouz (26 petites minutes…). Éclater au grand jour… C’est aussi ce que l’on souhaite à ce groupe, qui prouve ici qu’il fait définitivement partie des plus beaux joyaux cachés de la scène indépendante. 

En concert le 21/10 au Botanique.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité