The Libertines "Anthems For Doomed Youth"

©doc

©doc

L’urgence, le style, le mordant. Formés à la fin des nineties, The Libertines avaient tout… et ont tout cramé sur fond d’addictions et de relations chargées d’amour/haine. Depuis, chacun avait fait sa vie musicale. Jusqu’à un retour sur scène, il y a 5 ans.

Retrouvant l’alchimie qui les avait autrefois soudés, les Libertines sortent enfin un troisième album, 11 ans après leur implosion.

D’entrée, "Barbarians" scelle ces retrouvailles sur un rock sec et très British, façon The Jam, où les voix de Carl Barât et de Pete Doherty se répondent dans un intrigant mélange de poésie-vérité. Le single "Gunga Din" balance en reggae blanc, façon The Clash, mais le refrain a ce caractère à la fois épique et au ras du comptoir qui fait les meilleures mélodies du groupe.

Au final, on semble bien loin des guitares crades et saturées du duo infernal des années 2000. Pas tous renversants, ces "hymnes pour la jeunesse damnée" comptent en leur sein quelques vraies réussites ("Heart of the Matter", la ballade "You’re my Waterloo", le beatlesque "Iceman").

The Libertines - "Anthem For Doomed Youth"

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés