The Weeknd "Beauty Behind the Madness"

©doc

©doc

Abel Tesfaye, 25 ans, né au Canada, a fait ses débuts en échantillonnant des groupes comme Beach House, Cocteau Twins et Siouxsie and the Banshees. Depuis, le générique de "Cinquante Nuances de Grey", lui a servi de caisse de résonance internationale. Au point de convaincre Tom Cruise et Jimmy Fallon de faire du lipsync sur son single "Can't Feel My Face", le mois dernier. Résultat: son clip a été vu 43 millions de fois.

À l'heure où chaque disque vendu est une victoire, The Weeknd livre un second album de R'n'B sophistiqué, rythmé par un timbre de voix fascinant (un copycat de Michael Jackson).

Qu’il cajole ou qu’il fasse danser, l'homme sait allier les grooves et les ficelles de la ballade pop, comme dans un "Prisoner" chanté en duo avec Lana del Rey. Plus loin, il injecte des piments de synthèse, des ruptures de tempo comme sur l'impeccable "Losers". Plus surprenant, "Dark Times" le voit chanter le blues avec le songwriter anglais Ed Sheeran. Intense, chic, suggestif. Une star est née.

The Weeknd - Can't Feel My Face

The Weeknd - Tell Your Friends

The Weeknd - The Hills


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés