La noblesse entre cercles et clubs de golf

Le Cercle Royal Gaulois Artistique et Littéraire

De l’Association de la noblesse du royaume de Belgique à l’Ordre de Malte, en passant par le Cercle du Parc, la noblesse a son réseau.

Nous avons posé la question à de nombreuses reprises. Et nous avons chaque fois reçu la même réponse. Non, la noblesse n’a pas de réseau et il ne faut pas y voir de nébuleuse ayant une quelconque influence. Soit. Mais il y a des constantes, des régularités et des personnages centraux qui, à la longue, nous ont permis de tisser une toile. C’est le cas, par exemple, de Frans Van Daele, le chef de cabinet du roi Philippe. Ce dernier est notamment administrateur de l’Association de la noblesse du royaume de Belgique (ANRB), un repère dans la vie quotidienne des nobles du Royaume.

Pas de réseau donc, mais de la solidarité entre nobles. À l’instar de cette commission d’attribution de bourses d’étude dotée d’un budget annuel d’environ 350.000 euros et censée aider les étudiants issus de la noblesse et qui n’auraient pas les moyens de financer leurs études. En 2015, cette commission s’est réunie 17 fois et a planché sur 125 dossiers. Forte de plus de 13.000 membres, l’ANRB prend également soin des plus nécessiteux. Un étage du bâtiment qui abrite l’ANRB héberge le "vestiaire", un endroit qui procure des vêtements de seconde main aux plus nécessiteux. Le chef de cabinet du Roi est également administrateur du Fonds Keingiaert de Gheluvelt, une ASBL sœur de l’ANRB qui sert essentiellement à attribuer des fonds pour des travaux ou des livres liés à la noblesse.

Frans Van Daele, l’actuel chef de cabinet du Roi, est un des personnages centraux du réseau de la noblesse.

On retrouve encore Frans Van Daele à la Société de l’Ordre de Léopold et à la Fondation Roi Baudouin. Il est également membre de la Chapelle musicale Reine Elisabeth et membre d’honneur du Cercle Royal Gaulois artistique et littéraire. Bien sûr, le cas du chef de cabinet du Roi n’est qu’un exemple parmi d’autres, mais il démontre que la noblesse et le palais royal sont assez liés et que certains de ses plus illustres membres siègent au sein de différents conseils.

Femmes non admises

En parlant de cercle, il semble difficile de contourner le Cercle royal du Parc, situé en bordure des étangs d’Ixelles. "Le saint des saints", nous a assuré un habitué des lieux, qui a accepté de nous éclairer sur les us et coutumes de ce lieu où seuls les nobles historiques peuvent entrer. Il sera demandé aux dames et aux roturiers de passer leur chemin sauf s’ils ont été invités par un membre. "C’est l’endroit par excellence où vous n’entrez pas si vous n’avez pas tout ce qu’il faut où il faut", nous a glissé un membre du Cercle. Ce qu’il faut où il faut? "Il suffit que votre grand-père n’ait pas fait la guerre où que votre oncle soit divorcé pour que vous n’y entriez pas", assure notre interlocuteur.

Logo du Cercle royal du parc. ©rv doc

Et les dames, elles sont vraiment interdites de séjour? "Cela peut être perçu de façon choquante, mais les femmes ne sont pas admises, sauf pour des sous-événements. Vous ne verrez jamais une femme à la table d’honneur". Enfin, si vous êtes invité un jour au Cercle du Parc et que vous croisez une connaissance, ne lui serrez surtout pas la main, cela ne se fait pas. Pas là, en tout cas. Un discret signe de tête suffira largement. "C’est peut-être une forme de snobisme, mais c’est dans les administrations communales qu’on serre la main". Vous voilà prévenu. Des Cercles, il y en a d’autres, comme le Gaulois, le Chapel ou le Lorraine (plutôt fréquenté par les entrepreneurs, parmi lesquels on retrouve de nombreux anoblis) ou le Cercle de la Société littéraire, à Liège.

 

La noblesse est composée de nombreux catholiques pratiquants, raison pour laquelle on en trouve beaucoup dans l’Ordre de Malte, l’une des plus anciennes associations caritatives dans le monde, qui fait souvent couler beaucoup d’encre. Jean-Pierre de Beauffort, le président du Cercle royal du Parc est, par exemple, l’un des administrateurs de l’Association belge de l’Ordre de Malte, dont la devise est "Protection de la foi et service des pauvres". L’association assure, entre autres, des pèlerinages à Lourdes et à Banneux. On se souvient encore de la photo de Mathilde d’Udekem d’Acoz habillée en aide-soignante et accompagnant un pèlerinage à Lourdes.

"C’est l’endroit où vous n’entrez pas si vous n’avez pas ce qu’il faut où il faut."

Très proche de la famille royale, il y a également l’Ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem, un ordre voué à la protection des chrétiens en Terre Sainte. Dans le courant du mois de novembre 2015, le cardinal Edwin O’Brien, grand maître de l’ordre, s’est rendu au Palais royal pour remettre au roi Philippe et à la reine Mathilde leurs insignes de chevalier de collier et de dame de collier de l’ordre. Cet ordre ne comporte que 12 chevaliers ou dames de collier dont, notamment le roi Albert II et la reine Paola. Le roi Baudouin et la reine Fabiola l’étaient également. L’ordre est organisé en lieutenances nationales ou régionales et chaque lieutenance est dirigée par un lieutenant. En Belgique, cette charge est assurée par Jean-Pierre Fierens. Ce dernier, qui est avocat, a notamment défendu Maurice Lippens dans l’affaire Fortis.

Réseaux solidaires, lieux de rencontres et cultures, on l’a vu, Cercles en tous genres, mais aussi différentes associations actives sur des questions de défense du patrimoine et, parfois, d’un certain folklore.

L'Ordre de Malte.

Bien entendu, il serait fastidieux de décrire ici toutes ces associations, mais pointons, par exemple, l’Association royale des descendants des lignages de Bruxelles. Au 13e siècle, dans les villes brabançonnes, les lignages regroupaient les familles privilégiées qui se partageaient des fonctions échevinales. A Bruxelles, il y avait sept lignages. L’association fait remarquer que le roi Albert II et la reine Paola, ainsi que leurs enfants, descendent des sept lignages. Bon nombre d’administrateurs de cette association occupent des postes dans l’Association des descendants des membres du Congrès national, dans la Société royale des enfants et descendants des combattants de 1830 ainsi que dans la Société royale de l’Ommegang.

Soucieux de préserver leur patrimoine et de défendre leurs valeurs, les membres de la noblesse ne sont pas seulement tournés vers le passé. C’est ainsi qu’une poignée de passionnés vient de créer l’association 1830 Belgae Patria 2030, dont le but est de préparer les festivités du bicentenaire de la Belgique. L’idée de cette association comptant beaucoup de membres issus de la noblesse en son sein serait d’organiser un événement dans le parc du Cinquantenaire "symbolisant la Belgique au sein de l’Europe, la Belgique des années 2030".

Noblesse is business http://www.racine.be/fr/noblesse-business ©RACINE

On l’a dit plus haut, la noblesse et la famille royale sont proches. Qu’il s’agisse de la Fondation Roi Baudouin, de la Fondation Reine Paola ou des Œuvres de la Reine, les membres de la noblesse ne lésinent ni en énergie ni en temps quand il est question de solidarité et de bienfaisance. On trouve également différentes associations pilotées directement par des membres de la famille royale. C’est le cas, notamment, de la Fondation Prince Laurent pour le bien-être des animaux domestiques et sauvages. L’une des administratrices de cette association est la baronne Janine Ghobert-Delruelle, témoin du prince lors de son mariage civil. Marie-Esmeralda de Belgique, fille de Léopold III et de Lilian Baels, est ainsi présidente du Fonds Léopold III pour l’exploitation et la conservation de la nature. Elle est aussi administratrice de l’ASBL Delphus, qui propose des séances de thérapie avec des dauphins à des enfants souffrant de troubles du comportement.

Enfin, au niveau sportif, le Royal golf club de Belgique, dit "Ravenstein", est sans conteste un endroit apprécié et fréquenté par les membres de la noblesse. Le club a été aménagé autour du château de Ravenstein, qui était la propriété de Léopold II. C’est ce dernier qui a confié le domaine à la Donation royale en 1903. En 1996, le roi Albert II a accepté le titre de président d’honneur du club.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés