"Il n'est pas trop tard pour sortir du nucléaire" (Elia)

"Nous sommes neutres dans ce dossier. C'est aux politiques de décider si l'on prolonge deux, voire trois réacteurs nucléaires. D'un point de vue financier, le gaz ou le nucléaire ça ne change quasiment rien pour Elia" explique le patron du groupe coté, Chris Peeters. ©doc

Chris Peeters, CEO d'Elia, s'exprime sur la sortie du nucléaire: "les vrais problèmes surviendront en 2025, avec la fermeture des cinq autres réacteurs. Les centrales à gaz doivent donc être disponibles pour l'hiver 2025­-2026."

"Il n'est pas trop tard pour sortir du nucléaire", estime Chris Peeters, CEO d'Elia . Dans la Libre Belgique, le patron du gestionnaire du réseau belge de transport d'électricité, s'explique."Je pense que le gouvernement est en train de prendre, en silence, les mesures critiques qui sont nécessaires", affirme-t-il, notamment au sujet des subsides aux centrales à gaz. "L'essentiel est que la mise aux enchères pour la construction des nouvelles centrales à gaz ait lieu pour 2020­-2021", poursuit-il. En outre, "la fermeture de Doel 3 et Tihange 2 sera compensée par l'augmentation des capacités d'interconnexion avec le Royaume­-Uni et avec l'Allemagne".

Chris Peeters est par contre d'avis que "les vrais problèmes surviendront en 2025, avec la fermeture des cinq autres réacteurs. Les centrales à gaz doivent donc être disponibles pour l'hiver 2025­-2026".

"Beaucoup de personnes doutent que l'on puisse y arriver quand on voit ce qui s'est passé avec Uplace ou avec le stade national de football. Mais s'il y a un alignement politique, ce n'est pas impossible", relève encore le CEO d'Elia qui précise que le gestionnaire ne forcera aucune décision. "Nous sommes neutres dans ce dossier. C'est aux politiques de décider si l'on prolonge deux, voire trois réacteurs nucléaires. D'un point de vue financier, le gaz ou le nucléaire ça ne change quasiment rien pour Elia."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect