Marghem: "Je me battrai pour chaque megawatt"

©BELGA

La ministre de l'Energie et ses services travaillent d'arrache-pied pour éviter une possible pénurie d'électricité cet hiver suite à l'indisponibilité de six des sept réacteurs nucléaires d'Electrabel. Des contacts sont pris avec les pays voisins alors qu'une solution a été trouvée avec Engie pour notamment utiliser la centrale au gaz de Vilvorde. Pour l'instant, la ministre a trouvé 750MW d'électricité supplémentaire.

La semaine dernière, Electrabel avait jeté un froid en annonçant que les réacteurs de Tihange 2 et 3 seraient indisponibles dans les prochains mois. Une tuile qui s'ajoute à l'indisponibilité de quatre autres réacteurs pour les prochaines semaines. Pour le mois de novembre, seul le réacteur Doel 3 devrait fonctionner en Belgique.  Cette indisponibilité de six des sept réacteurs nucléaires que compte le pays fait craindre un éventuel délestage, dont "les conséquences pourraient être énormes", à en croire la ministre de l'Energie, invitée au micro de Martin Buxant dans la matinale de Bel RTL.

Marie Christine Marghem (MR), sous le feu des critiques, se dit "profondément choquée par la situation" et ne cache "qu'il y a un défaut d'approvisionnement", pointant la responsabilité d'Electrabel et le manque de prévoyance d'"un acteur dominant dans le parc de production électrique qui décide de faire des travaux à l'approche de l'hiver". 


Une solution à Vilvorde et un appel aux voisins

"J’ai sollicité la solidarité en Europe. Les ministres néerlandais et allemand ont déjà répondu. La France travaille à son plan hiver mais devrait bientôt me répondre."
Marie-Christine Marghem (MR)
Ministre de l'Energie

Face à cette menace de black-out, que peut-on faire? Pour la ministre de tutelle, "le parc est ce qu’il est, nous ne pouvons pas le modifier rapidement, mais nous avons désormais développé les parcs offshore en mer du Nord, nous avons davantage d’interconnexions et il y a le pacte énergétique."

Entendue ce mercredi matin à la Chambre, en commission économie, la ministre explique que sous la pression du gouvernement, l'opérateur dominant - à savoir Engie Electrabel - a pu trouver 750 MW supplémentaires. D'abord, 250 MW via la centrale de Vilvorde, qui est à l'arrêt. "Il y a maintenant un accord de principe entre Electrabel et cette centrale", révèle Marie Christine Marghem.

Pour les mois à venir, la ministre confirme aussi qu'"un upgrade de la puissance de production de certaines centrales" pourra être réalisé. Durant les pics de demande, les centrales au gaz pourraient produire 100 MW supplémentaires. La mise en route d'installations d'appui (on parle notamment de générateurs) devrait livrer 200 MW supplémentaires. D'autres solutions devraient rapporter encore 200 autres MW au minimum. Il s'agit en premier lieu de contrats avec des industriels qui peuvent réduire leur consommation aux moments cruciaux. Soit, au total, 750 MW supplémentaires de capacités électriques sur le sol belge.

600
Millions €
Engie chiffre à 600 millions d'euros l'impact de l'arrêt des centrales belges sur son Ebitda et son résultat net récurrent.

Mais ce ne sera pas suffisant, reconnait la ministre. Les pays voisins seront donc appelés à la rescousse. Des accords avec l'Allemagne, la France et les Pays-­Bas sont sur le point d'être signés ou réactivés. "J’ai eu hier le ministre français de l’Energie en ligne. Il a demandé à Engie que Engie et Electrabel soient à l’écoute de nos demandes", explique encore la ministre Marghem qui rappelle qu'"il faut rassurer les marchés" car cette situation de crise n'est pas bonne pour la confiance sur le marché de l'électricité, ce qui entraîne une augmentation des prix.

Marie Christine Marghem répondait ce matin aux questions des parlementaires sur la sécurité d'approvisionnement en électricité. Les débats étaient houleux en commission Economie à la Chambre. "Vous êtes la seule responsable politiquement", "C'est une hérésie", "C'est hallucinant", "Vous êtes dans l'improvisation la plus totale". Les députés, de l'opposition mais aussi parfois de la majorité, se sont déchaînés ...

 

 

 

Lire également

Publicité
Publicité