Des aides supplémentaires pour les aviculteurs wallons

©Photo News

Soutiens bancaires, subsides... Le gouvernement wallon valide des mesures complémentaires pour soutenir les aviculteurs wallons touchés par la crise du fipronil.

Deux exploitations agroalimentaires restent bloquées sur les sept qui ont été impactées en Wallonie par la crise des oeufs contaminés par l'insecticide fipronil. A l'échelle belge, on en dénombre 14. De nouvelles analyses doivent être effectuées, indique le ministre régional de l'Agriculture René Collin. Le conseil des ministres wallons a par ailleurs reconnu la problématique comme "événement exceptionnel".

L'exécutif MR-cdH a validé les mesures complémentaires que la Wallonie a annoncées ces derniers jours:

-> Une formule combinant une garantie d'un crédit bancaire et un prêt subordonné est mise sur pied en collaboration avec le secteur bancaire. Elle permet à l'entreprise impactée d'accéder à un financement pouvant aller jusqu'à 75.000 euros. Cette aide pourra être débloquée en cinq jours, a commenté le ministre de l'Economie Pierre-Yves Jeholet (MR).

-> La reconnaissance de la problématique comme événement exceptionnel permet aussi de finaliser les arrêtés de subvention d'un maximum de 15.000 euros pour chacune des exploitations touchées. De quoi pouvoir faire face rapidement aux problèmes de trésorerie. 

-> Un helpdesk spécifique sera mis en place afin d'aider l'agriculteur à élaborer son dossier de demande d'aides.

-> Les cotisations du secteur du petit élevage destinées au Fonds de promotion de l'APAQ-W sont suspendues.

-> La Wallonie prendra en charge le traitement des effluents des sept exploitations touchées. Quelque 5.000 tonnes de fientes ne pourront en effet pas être épandues mais devront être incinérées. L'estimation du coût varie de 500.000 euros à 1,5 million selon les prix qui seront obtenus chez les incinérateurs et les quantités à brûler.

Un avocat sera enfin désigné pour défendre les intérêts de la Région wallonne dans le dossier ouvert à l'instruction contre les responsables présumés de la contamination, qui devront payer des indemnisations s'ils sont condamnés.

©Photo News

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés