Famifed élue Organisation publique de l'année

©Partena Allocations familiales

Une organisation du secteur public récompensée pour son efficacité et sa capacité à motiver ses collaborateurs, cela n’arrive pas tous les jours. Pourtant, le prix du jury de l’"Organisation publique de l’année 2015" attribué à Famifed, l’Agence fédérale pour les allocations familiales, n’a rien d’usurpé.

Le prix, créé en 2014 par EY en partenariat avec L’Echo et BNP Paribas Fortis, a été remis mardi soir par le Premier ministre Charles Michel en personne lors d’une cérémonie officielle au Brussels Square devant un parterre de 800 invités. Au total, six prix sont attribués en fonction des différents niveaux de pouvoir concernés, au nord et au sud de la frontière linguistique (lire encadré). A cela s’ajoute un prix du jury, sorte de "coup de coeur", qui est donc revenu à Famifed.

Les lauréats ont donc reçu leur récompense des mains du Premier ministre Charles Michel, mais aussi des ministres-présidents Rudy Demotte, Paul Magnette et Rudi Vervoort, du ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, Steven Vandeput, ainsi que de la vice-Première ministre du gouvernement flamand, Hilde Crevits. 

  Le jury, dirigé par Michèle Sioen (présidente de la Fédération des entreprises de Belgique) et composé de professionnels indépendants, a distingué Famifed dans la catégorie des organisations fédérales notamment pour son taux de satisfaction de 95%.

Gérer l’incertitude

Famifed est un organisme qui reçoit chaque année du fédéral une enveloppe de 1,3 milliard d’euros, somme qui est ensuite redistribuée auprès de 16 caisses d’allocations familiales qui, à leur tour, les versent à quelques 250.000 familles.

Or, depuis la sixième réforme de l’Etat votée en juillet 2014, Famifed, qui dépend actuellement de... 6 ministres de tutelle, est une organistion en sursis. Les allocations familales font en effet partie des compétences nouvellement transférées aux Régions. Le transfert sera entièrement réalisé en 2020, date à laquelle Famifed cessera purement et simplement d’exister. Malgré la lourde incertitude qui plane au dessus de leur tête, les 880 membres du personnel de Famifed continuent de verser à temps et à heure les allocations pour 500.000 enfants.

"Avec L’Organisation publique de l’Année, nous voulons montrer toute la considération du secteur privé envers des services publics efficaces", souligne Michèle Sioen, président de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) et présidente du jury. "Famifed prouve qu’il est aussi possible de construire une organisation publique efficace dans un pays complexe"La réforme de l’État a été utilisée comme détonateur pour réformer et améliorer l’organisation plutôt que de rester les bras croisés ou s’en tenir aux anciennes tâches jusque-là exécutées."

 

Six lauréats

 Les autres lauréats sont la RTBF (catégorie Région wallonne et Fédération Wallonie-Bruxelles), l'office de l'emploi VDAB (catégorie Région flamande), l'office du tourisme Visit.Brussels (catégorie Bruxelles) ainsi que la zone de police Mons-Quévy (catégorie organisations locales/Wallonie) et l'intercommunale de traitement des déchets IMOG (catégorie organisations locales/Flandre).

  La RTBF est récompensée pour la manière dont elle "a su adapter une structure lourde héritée du passé" aux défis actuels, malgré trois plan d'économies et une réduction de 30% de ses effectifs en 10 ans.

  Le VDAB a reçu les louanges du jury pour son approche dynamique: "chaque membre du personnel est formé à devenir un leader qui sera à même de pouvoir guider le chercheur d'emploi dans l'environnement concurrentiel du marché du travail".

  Les six professionnels chargés de départager les nominés ont également apprécié la volonté de Visit.Brussels de se concentrer "sur des thématiques spécifiques qui suivent les tendances du marché, comme la bande dessinée ou la gastronomie, et en collaborant chaque fois avec l'organisation sectorielle concernée".

  Au niveau local, la zone de police Mons-Quévy est remarquée pour les collaborations qu'elle a développées avec les instances politiques locales, les commerçants, les entreprises privées (surveillance des réseaux sociaux, caméras dans les rues,...), les CRS français (compte tenu de la proximité de la frontière française) et les citoyens (les inspecteurs de quartier sont joignables par GSM). 

  Enfin, l'intercommunale IMOG est première de sa catégorie notamment au regard de son approche globale de la chaîne de traitement des déchets, avec une attention toute particulière pour la prévention, ce qui en fait une référence internationale, selon le jury. Les finalistes ont été désignés sur la base d'une liste de nominés sélectionnés, après candidature spontanée, par EY puis par des professeurs et des responsables de L'Écho/De Tijd et BNP Paribas Fortis.

 

 


Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect