L'administration fiscale flamande (Vlaamse Belastingdienst) croît tout en évitant les maux de croissance

©Photo News

Avec la régionalisation, les compétences fiscales de la Flandre se sont multipliées. Et pourtant, l'administration enregistre très peu de plaintes ou de contestations sur les impôts régionaux.

Depuis sa création en 2004, l’administration fiscale flamande (Vlaamse Belastingdienst) n’a cessé de se développer. La réforme de l’Etat a accordé à la Flandre la taxe de circulation, le précompte immobilier, les droits d’enregistrement et les droits de donation. L’agence indépendante a ainsi vu ses effectifs passer de 200 à 1.000 collaborateurs.

"Grâce à une bonne préparation et une bonne implication des acteurs de terrain, nous avons pu traverser cette transition sans fausses notes", explique l’administrateur général David Van Herreweghe. "Nous avons choisi de ne pas vouloir tout faire nous-mêmes, mais d’utiliser également les forces et les compétences des autres : géomètres, huissiers, zones de police locales et experts du site immobilier Realo."

L’administration fiscale flamande considère les contribuables comme des clients. C’est pourquoi elle communique de manière proactive et veille à limiter les délais de traitement des dossiers. "Ce qui permet d’afficher un nombre historiquement bas de contestations et de plaintes", se félicite David Van Herreweghe. L’administration fiscale flamande peut en outre se prévaloir d’un haut niveau de perception : deux ans après l’enrôlement, le taux de perception est de 99,5%.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content