Opera Ballet Vlaanderen: entre tradition et modernité

©Hans Gerritsen_OperaVlaanderen

Le ballet et l'opéra flamands ont optimalisé tous leurs processus et développé une approche orientée client.

"Nous sommes des fournisseurs d’émotion en live." C’est ainsi que le directeur général Bart Van der Roost résume la mission du Kunsthuis Opera Ballet Vlaanderen. Depuis la fusion du Vlaamse Opera avec Ballet van Vlaanderen en 2011, l’institution, qui emploie 400 personnes pour un budget de 34 millions d’euros, mise sur l’innovation et l’adaptation.

"Nous représentons un genre artistique qui a vu le jour voici 400 ans, mais cela ne nous empêche pas d’être orienté client", explique Bart Van der Roost. "Voici quinze ans, nous étions parmi les premiers dans notre secteur à travailler sur le customer relationship management (CRM). Pour chaque client, nous pouvons vérifier le chiffre d’affaires, le nombre de tickets achetés, les mails envoyés et le nombre de représentations auxquelles il a assisté. Nous voulons aller une étape plus loin encore en introduisant le yield-management, comme cela se fait dans le secteur aérien où on travaille avec des tarifs flexibles par exemple."

Depuis le 1er janvier, l’institution s’est adjoint les services d’un “digital improver”, qui doit soutenir l’ensemble de ses collègues dans l’optimalisation des processus et traduire ceux-ci vers le monde digital. "Notre ancienne tradition d’artisanat doit être couplée aux défis actuels", insiste Van der Roost. Il cite à titre d’exemple l’Augmented Reality, les hologrammes et l’impression 3D. Sur ces matières, il souhaite entamer une collaboration avec des institutions comme Vito ou Imec en matière de développement durable et d’énergies renouvelables.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content