David Cameron éclaboussé à son tour

©EPA

Le Premier ministre britannique reconnaît avoir détenu des parts dans un fonds offshore qui a appartenu à son père.

En janvier 2010, David Cameron a revendu un fonds fiduciaire offshore qui appartenait à son père et dont il détenait des parts. La vente de Blairmore Holdings Inc lui a rapporté plus de 30.000 livres (37.000 euros), à peine quatre mois avant de devenir Premier ministre.

Aujourd'hui, le nom du fonds apparaît dans les Panama Papers. Blairmore aurait été immatriculé aux Bahamas afin d'éviter de payer des taxes en Grande-Bretagne.

"Aucun fonds offshore"

David Cameron s'était défendu mardi en affirmant "n'avoir aucun fonds offshore". "J'ai le salaire de Premier ministre et j'ai quelques économies, sur lesquelles je perçois des intérêts, et j'ai une maison, dans laquelle nous vivions mais qui est actuellement louée pendant que nous sommes à Downing Street et c'est tout ce que j'ai", a-t-il détaillé.

David Cameron et son père Ian ©REUTERS

L'origine de ce fonds offshore est à chercher du côté de son père. Ian Cameron, décédé en 2010, avait dirigé ce fonds dont les profits ont échappé au fisc britannique pendant trente ans grâce à un montage complexe via le cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca.

Jeudi, il a répété ne détenir "aucune action" mais a avoué pour la première fois qu'il avait détenu par le passé des parts dans le fonds de son père. "Avec Samantha (son épouse) nous possédions 5.000 actions dans le Blairmore Investment Trust que nous avons vendu en janvier 2010 pour environ 30.000 livres", a-t-il déclaré sur ITV. Il a insisté sur le fait qu'il avait payé des impôts au Royaume-Uni sur les dividendes encaissées et qu'il n'y avait rien eu d'illégal dans sa démarche. 

Selon le Guardian, membre du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) en possession des Panama papers, le fonds de Ian Cameron employait une cinquantaine de personnes basées aux Bahamas, qui signaient des papiers et jouaient le rôle de trésorier et secrétaire, un arrangement qui n'est pas illégal.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés