L'avenir du groupe Hamon se lit dans ses commandes

©Thierry du Bois

De bon augure pour le wallon Hamon qui est en pleine restructuration, ses commandes ont augmenté de 65% entre le premier semestre 2017 et le premier semestre 2018.

En marge de la publication de ses résultats pour le premier semestre 2018, le groupe industriel wallon Hamon s’est réjoui de l’excellent niveau des commandes qu’il a enregistrées ces six derniers mois. Celles-ci s’élèvent à 203 millions d’euros, soit une augmentation de 65% par rapport à la même période l’année dernière. Et ce dans un contexte difficile vu les conditions de marché difficiles en Asie et aux Etats-Unis. "Ce constat résulte d’une stratégie visant, d’une part, les projets de taille moindre avec un accent particulier sur le service après-vente à haute valeur ajoutée, et d’autre part, les efforts entamés visant une plus grande diversification des marchés", indique le groupe basé à Mont-St-Guibert dans un communiqué.

+65%
C’est l’augmentation du niveau des commandes du groupe d’ingénierie Hamon entre le premier semestre 2017 et le premier semestre 2018. Celles-ci s’élèvent à 203 millions d’euros.

Pour rappel, Hamon a mis en place un plan de relance en quatre axes: augmentation de capital, restructuration financière, vente d’une filiale et transformation industrielle. L’ensemble du plan a été mis en œuvre. Ainsi, en décembre 2017, un accord avec ses créanciers a permis à la société de réduire sa dette de 87 millions.

L’augmentation de capital, au succès mitigé, a été réalisée en février pour 47 millions. Le groupe d’ingénierie a arrêté définitivement ses activités en Afrique du Sud et au Brésil. Par ailleurs, les discussions avec un acquéreur pour la vente de la division française Process Heat Exchanger (PHE) sont en phase finale de négociation avec une conclusion attendue avant la fin de l’année. Les mesures de diminutions de coûts de structure, de rationalisation, d’optimisation du "process supply chain" et du service après-vente se poursuivent afin de rendre le groupe moins sensible aux fluctuations de marché.

Ce plan de transformation impacte évidemment les résultats actuels. Tenant compte de ces éléments, Hamon clôture le semestre avec une perte de 18 millions (c’était une perte de 11,8 millions au semestre 2017). Il convient de rappeler que ce résultat 2017 comprenait un résultat non récurrent positif de 23,5 millions résultant de la vente d’actifs (principalement la participation dans Thermal Transfer Corporation).

Il faut aussi signaler que, suite à la mise en vente de la filiale PHE, les pertes de cette division ont été comptabilisées en activités abandonnées. Une perte de 7,4 millions d’euros a ainsi été comptabilisée sur le premier semestre qui inclut tant la perte de la division PHE que l’ajustement de son prix de vente anticipé, tenant compte des négociations en cours. Si on examine les résultats du groupe liés à son périmètre futur (c’est-à-dire sans les résultats des filiales sud-africaine, brésilienne et française), l’ebidta est à nouveau positif. De bon augure aussi.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content