Premier investissement pour le fonds The Faktory II

©REUTERS

Dans le cadre de la mise sur pied de son second fonds estimé à 20 millions d’euros, la pépinière d’entreprises liégeoise va investir un peu plus d’un demi-million dans Nestwave, un éditeur de logiciels de géolocalisation à destination des applications liées à l’internet des objets.

À l’heure d’écrire ces lignes, le nouveau fonds, une pricaf privée, n’est encore sécurisé que pour moitié mais les ambitions sont bien là. The Faktory espère pouvoir le clôturer d’ici l’été à hauteur de 20 millions d’euros. "On reste dans la même logique que pour le premier fonds, l’idée étant d’être rejoint par des investisseurs prêts à soutenir des projets dans le domaine de l’IoT (internet des objets) et qui ont un maximum d’impact", commente Simon Alexandre, directeur général de The Faktory.

20 millions €
Le nouveau fonds de The Faktory devrait être clôturé d’ici l’été.

Le scope géographique est identique avec un focus sur la Belgique, le Luxembourg, la France et les pays limitrophes. "Nous conservons une sensibilité par rapport aux valeurs de la société qui transcendent les frontières. Nous sommes attentifs à toutes les technologies qui peuvent accompagner la transition énergétique. On reste dans une attitude très lean", ajoute Pierre L’Hoest, fondateur et président de l’incubateur.

Un pied dans le terminal, un autre dans le cloud

C’est dans cet esprit que The Faktory II a choisi Nestwave pour son premier investissement. Fondée en 2014, cette start-up française a développé une solution avancée de systèmes de géolocalisation indoor et outdoor ultra-basse consommation destinée aux applications IoT. Elle est notamment utilisée dans le secteur du transport et de la logistique pour traquer les containers et les engins de chantiers et dans l’agriculture à travers l’utilisation de capteurs intelligents.

La Wallonie entreprend

Vous entreprenez? Vous avez des idées pour faire bouger les lignes? Rejoignez la communauté des entrepreneurs:

La newsletter hebdomadaire

- Le groupe LinkedIn

Découvrez aussi notre site dédié aux chefs d'entreprise wallons et l'ensemble de nos articles.

"Notre solution combine les systèmes satellitaires et cellulaires. Elle permet de résoudre deux grandes problématiques: le défaut de couverture dans les immeubles et bâtiments fermés d’une part, et la très forte consommation énergétique des solutions de type GPS", résume Rabih Chrabieh, CEO de Nestwave, qui précise que la société détient un bon portefeuille de brevets sur sa solution.

Mais là où Nestwave se montre particulièrement innovant dans son approche, c’est en plaçant sa technologie de géolocalisation à la fois dans le terminal et dans le cloud. "On licencie une partie de logiciels aux fabricants de puces et on en étend une autre dans le cloud. Cela permet de réduire drastiquement la consommation énergétique et nous distingue de la concurrence", poursuit Rabih Chrabieh.

Pour concrétiser son potentiel de croissance, Nestwave vient de clôturer une levée de fonds de deux millions d’euros, dont 600.000 proviennent de The Faktory. "The Faktory a une très bonne connaissance du marché et recherche une solution de géolocalisation qui pourrait se passer d’une batterie grâce à des systèmes de récupération d’énergie. Les synergies avec leur portefeuille sont évidentes", estime Rabih Chrabieh.

Pépite

Du côté de The Faktory, l’investissement s’inscrit clairement dans les valeurs et la stratégie de l’incubateur. "Nestwave s’inscrit dans une évolution technologique majeure, un peu comme e-Peas, dans le sens où la fabrication d’un composant électronique n’est plus l’apanage des grands fabricants de semi-conducteurs", fait remarquer Pierre L’Hoest.

Pour rappel, la start-up e-Peas, qui a récemment reçu le prix de "Most disruptive start-up of the year", est l’une des pépites de The Faktory. Elle a développé une solution qui permettra aux batteries des objets connectés de durer plus longtemps, voire de ne plus jamais être remplacées. Après une première levée de fonds de 3,5 millions d’euros en 2017, la société recherche à moyen terme au moins dix millions d’euros.

Lire également

Publicité
Publicité