AGC testera ses vitres connectées en vase ultra-clos

©AGC

Le groupe verrier a inauguré ce vendredi 15 mars à Gosselies deux chambres anéchoïques qui permettront de développer des vitrages à antennes intégrées.

Une salle rectangulaire, aux dimensions gardées secrètes mais plus que respectables, renfermant une voiture et des appareils de mesure et lambrissée de cônes de mousse: bienvenue dans l’une des deux chambres anéchoïques — ou "chambres sourdes" — installées par AGC Glass dans son centre de recherche de Gosselies.

Inaugurées vendredi en présence de hauts responsables japonais du groupe et du ministre-président wallon Willy Borsus, ces vastes salles d’expérimentation, dont les parois permettent d’éviter tout écho sonore ou électromagnétique – d’où leur nom –, doivent permettre à AGC de tester et développer sa technologie de vitrage à antennes intégrées.

Ces deux chambres, les plus grandes du pays, abritent tous les équipements nécessaires pour mesurer la réception/transmission d’ondes électromagnétiques en vue d’une communication des véhicules entre eux et avec leur environnement ainsi qu’à travers les fenêtres des bâtiments.

Un investissement de 10 millions d’euros

AGC Glass a investi pour la cause 10 millions d’euros, bénéficiant d’aides régionales à hauteur de 2 millions via des aides à la recherche et des subsides à l’investissement.

"Les antennes insérées dans les vitres permettront une communication à haute vitesse."
Marehisa Ishiko
Président de la division automobile d’AGC

L’impact en termes d’emplois devrait rester relativement modeste. La mise en service des deux chambres anéchoïques — l’une d’elles ne sera opérationnelle que dans quelques jours — nécessitera une vingtaine de personnes. Actuellement, l’AGC Technovation Centre de Gosselies occupe 280 salariés (160 ingénieurs et 120 techniciens).

Les perspectives en termes de développement technologique sont par contre très importantes.

"La mobilité future nécessitera des voitures de plus en plus connectées entre elles et avec les infrastructures publiques. (…) Les antennes insérées dans les vitres des voitures permettront une communication à haute vitesse, notamment via la future 5G", souligne Marehisa Ishiko, président de la division automobile d’AGC.

La Wallonie entreprend

Vous entreprenez? Vous avez des idées pour faire bouger les lignes? Rejoignez la communauté des entrepreneurs:

La newsletter hebdomadaire

- Le groupe LinkedIn

Découvrez aussi notre site dédié aux chefs d'entreprise wallons et l'ensemble de nos articles.

Pour les responsables du groupe verrier, la 5G aura tout à gagner de cette technologie. Des antennes invisibles placées dans les vitrages permettront en effet d’éviter la multiplication des antennes hautes de 30 à 50 mètres nécessaires pour assurer la transmission des données.

Cette technologie devrait en outre permettre d’installer la 5G à un coût inférieur.

"Nous pouvons étendre cette technologie par deux canaux: le placement de nouvelles vitres munies d’antennes intégrées ou l’ajout, à un vitrage existant, d’une couche additionnelle renfermant les antennes. Il n’est donc pas nécessaire de remplacer les vitres déjà installées", précise Marc Van Den Neste, directeur technologique de la division "Building".

Il est vrai que la 5G, qui représente un bond énorme de la masse de données transmises par seconde, devrait nécessiter l’installation de pylônes tous les 100 ou 150 mètres, au lieu de quelques kilomètres pour la 4G.

Lire également

Publicité
Publicité