Ardent Invest, un nouveau fonds d'investissement wallon

Le Groupe Ardent piloté par Emmanuel Mewissen a aussi investi dans la création d’unviers graphiques pour ses jeux. ©Photo News

A côté des casinos, salles de jeux et jeux en ligne, le groupe liégeois Ardent a investi dans la brique, la bière, les écrans LED... Ses fondateurs créent un holding, où ils logeront ces parts ainsi que leurs investissements à venir dans des secteurs clés.

Un nouveau fonds d’investissement privé est né en Wallonie. Il s’appelle Ardent Invest et détient d’ores et déjà plusieurs participations dans plusieurs secteurs d’activité. Ses fondateurs ont fixé son capital de départ à un million d’euros, mais l’objectif est de l’augmenter progressivement pour totaliser une quinzaine de millions d’ici deux à trois ans.

"Ardent" est une dénomination connue au sud du pays, elle renvoie au Groupe Ardent, qui possède un portefeuille immobilier et exploite un réseau de salles de jeux, des jeux de hasard en ligne ainsi que les Casinos de Namur et Spa, en Belgique, tout en possédant des parts dans des casinos en France et en Suisse. Il y a deux ans, le groupe avait concentré toutes ses activités liées aux jeux dans une structure dédiée, Ardent Finance.

Profil
  • Nom: Ardent Invest SA
  • Fondateurs:

Mewissen Invest Leisure Estate (Emmanuel Mewissen) et Belgo Leo Holding (famille Léonard)

  • Stratégie:

Le fonds hérite des participations du Groupe Ardent sans lien avec le secteur des jeux de hasard. Il va y ajouter l’énergie et, via un family office géré en partenariat avec trois autres familles, des parts dans des projets d’énergie renouvelable et d’activités écoresponsables.

  • Participations:

Belgium Beer Export, Ledcom, un portefeuille immobilier très marqué retail mais qui va se diversifier, deux projets énergie en cours de négociation, d’autres projets via un family office...

 

Aux commandes du nouveau fonds, on retrouve deux des trois familles actionnaires d’Ardent Finance, les Léonard et les Mewissen - la troisième est la famille Bosquin. Ce n’est évidemment pas un hasard. "Il nous manquait une société holding pour regrouper plus clairement nos participations dans les différentes sociétés exerçant d’autres activités que le jeu", explique Nicolas Léonard, le CFO d’Ardent Finance qui devient administrateur délégué d’Ardent Invest.

Au fil des ans, les familles Mewissen et Léonard ont multiplié les investissements de diversification. "Nous sentant entrepreneurs dans l’âme, nous avons beaucoup de secteurs qui nous intéressent, notamment l’immobilier, l’énergie et l’hôtellerie", souligne Emmanuel Mewissen, le CEO du groupe.

Ardent Invest va donc hériter des participations de ses fondateurs dans Belgium Beer Export, la société qui fait produire et commercialise la bière Tripick, dans Ledcom, une entreprise de vente et location d’écrans publicitaires LED, ainsi que du gros de ses activités immobilières. Ces dernières étaient axées jusqu’ici sur le commercial.

"Nous sommes en train de repositionner notre portefeuille immobilier pour l’amener du retail vers un profil mixte."
Nicolas Léonard
CFO d'Ardent Finance

Cela va changer: "Nous sommes en train de repositionner notre portefeuille immobilier pour l’amener du retail vers un profil mixte, dit Nicolas Léonard. De purement patrimonial à l’origine, notre objectif évolue vers le développement de projets mixtes: bureau, retail et habitation. Parallèlement, nous allons raccourcir notre horizon de risque, car il y a beaucoup d’incertitudes quant à l’avenir de la mobilité et des modes de consommation. De quinze à vingt ans auparavant, on va se réorienter vers des projets à revendre dans les trois ou quatre ans après achèvement." Concrètement, ce chantier reste ouvert: le groupe doit encore établir une société holding vouée à l’immobilier, qui deviendra filiale d’Ardent Invest.

Energie et family office

Mais ce n’est pas tout. Les fondateurs d’Ardent Invest ont aussi aligné d’autres investissements dans leur viseur. "Nous nous intéressons notamment à l’énergie, développe Nicolas Léonard. Nous avons deux projets en cours dans ce secteur, dont un dans un fournisseur d’électricité. Il n’y en pas mille sur la place..."

Le fonds a aussi prévu d’opérer via un "family office" au sein duquel il collaborera avec trois autres familles.

Le fonds a aussi prévu d’opérer via un "family office" au sein duquel il collaborera avec trois autres familles: celle de Victor Bosquin, le partenaire des Léonard et des Mewissen dans le Groupe Ardent, Alexandre Dallemagne (Sodaphi) et Roger Gehlen (Gehlen Immo). "Ensemble, nous prendrons des parts minoritaires dans le domaine de l’énergie renouvelable et tout ce qui relève de l’investissement écoresponsable", poursuit le CEO d’Ardent Invest.

"Ce sera par exemple une société qui construit des motos électriques, une autre qui replante des arbres sur le continent africain dans une démarche écoresponsable, ou encore une entreprise qui s’est donné pour but de repeupler de poissons les océans." Le fonds pourra par ailleurs explorer d’autres secteurs, en fonction des opportunités.

Liégeois et européen

D’origine liégeoise, le groupe et son fonds d’investissement n’entendent pas se cantonner dans les frontières de la région, mais essaimer au-delà. "On reste liégeois de coeur, mais on a déjà fait un pas conséquent vers l’internationalisation, conclut Nicolas Léonard. Et avec Ardent Invest, on franchira les frontières de la Wallonie, comme on l’a déjà fait dans l’immobilier. Notre objectif est d’être européen."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content