Le single malt Belgian Owl en route pour l'export

Etienne Bouillon ©Belgian Owl

Belgian Owl fut une pionnière de la distillation d’un whisky en Belgique. Etienne Bouillon, fils d’un producteur de péket en région liégeoise, avait une ambition: celle de produire, en Hesbaye, un whisky de type "single malt", comme en Ecosse. Après un excellent accueil en Belgique, le cap est aujourd’hui mis sur l’export.

En octobre 2004, le premier fût de la distillerie qu’il a créée sous la marque Belgian Owl est rempli, et en décembre de cette même année débute la prévente via internet pour des premières bouteilles qui allaient être commercialisées trois ans plus tard. Aujourd’hui, Belgian Owl est devenu incontournable dans le monde belge des amateurs de whisky.

"Nous sommes passés d’une plantation d’orge de 10 hectares à 77 aujourd’hui et pouvons à présent commercialiser jusqu’à 80.000 bouteilles."
Etienne Bouillon
manager de Belgian Owl


Belge uniquement? Non, car depuis la fin 2016, l’équipe de cette distillerie située à Fexhe-Le-Haut-Clocher a décidé de s’attaquer au marché de l’export. "Nous avions souhaité attendre l’arrivée des alambics achetés en Ecosse qui allaient nous permettre de produire davantage", explique Etienne Bouillon, le manager de la distillerie. "Nous sommes passés d’une plantation d’orge de 10 hectares à 77 aujourd’hui et pouvons à présent commercialiser jusqu’à 80.000 bouteilles."

Tout naturellement, ce sont les pays voisins qui ont eu la priorité pour des expéditions à l’étranger: les Pays-Bas, l’Allemagne, le Grand-Duché de Luxembourg et la France. "Chaque marché a ses propres spécificités. Ainsi, pour la France, notre partenaire est un caviste très réputé – "La Maison du Whisky" - installé à Paris, mais aussi dans des villes de province. Il organise également un très grand événement tous les ans, le "Whisky Live Paris", ouvert à tous les amateurs, et où nous serons présents en septembre. Nos premières ventes sont encourageantes et l’image de notre pays s’avère ultra positive comme les autres produits de bouche belges."

"Nos premières ventes sont encourageantes et l’image de notre pays s’avère ultra positive comme les autres produits de bouche belges."
Etienne Bouillon
manager de Belgian Owl


"Notre ambition est d’exporter 50% de notre production dans les 4/5 ans"

Mais la distillerie hesbignonne débute aussi des expéditions vers les Etats-Unis (avec un partenaire qui couvre les différents Etats de ce pays), le Canada, l’Asie du Sud-Est. "L’export est un projet évolutif. Notre ambition est d’exporter 50% de notre production dans les 4/5 ans", espère le manager de la distillerie.

Avec Meusinvest, entré voici huit ans dans le capital de "The Owl Distillery S.A.", les innovations commerciales titillent l’équipe de la société. Ainsi, cette forme de vente originale: celle de bouteilles de la qualité "Eternity 5 ans", en achats groupés de "part de fût". Initié voici cinq ans, ce concept d’achat était nouveau et unique. Grâce à des échanges et des rencontres en ligne, des amateurs qui ne se connaissaient pas ont achetés ensemble un fût et se rencontrèrent ensuite autour de ce tonneau commun.

Démarche commerciale, mais aussi conviviale. Lors du week-end des 20 et 21 octobre, les clients viendront chercher eux-mêmes leurs bouteilles (il n’y a pas de livraison). 400 amateurs feront ainsi le chemin de Fexhe-Le-Haut-Clocher pour partager un moment de rencontre. Et depuis cette année, Belgian Owl est repris officiellement dans les attractions touristiques de Wallonie. Une déclinaison commerciale rentable. Cet été, le succès des visites fut au rendez-vous avec des achats quasi systématiques dans la boutique où l’on peut trouver aussi, outre des bouteilles, des chemises et des bandes dessinées de Black et Mortimer: 12.000 bouteilles numérotées présentent sur la contre-étiquette un clin d’œil aux deux héros. Une initiative de l’éditeur français Dargaud. By Jove!

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content