Pur Ver va tripler sa production avec l'aide de trois fonds d'investissement

©wawritto - Fotolia

Le champion wallon du lombricompost a convaincu Innovation Fund, la SRIW et CFEP de participer à son aventure.

La jeune société de technologie verte Pur Ver a convaincu trois fonds d’investissement de participer à son développement. Elle vient d’augmenter son capital de près de 2 millions d’euros auprès de ses actionnaires historiques ainsi que des trois nouveaux venus: Innovation Fund, le fonds belge dédié à la chimie et aux sciences de la vie piloté par François Cornélis, l’ancien dirigeant de Petrofina (et actuel président de bpost), SRIW Environnement, l’aile verte du holding public wallon, et CFEP, un fonds privé grand-ducal. Les nouvelles ressources serviront à financer l’augmentation des capacités de production de Pur Ver ainsi que le développement de ses recherches de nouveaux produits et applications.

Née au sein de l’université Agro-Bio Tech de Gembloux (ULg), Pur Ver a mis au point une technologie originale pour produire du lombricompost, un fertilisant naturel issu de la transformation de matières organiques par des vers composteurs. Ce compost particulièrement riche en micro-organismes bénéfiques pour la croissance des végétaux est commercialisé auprès des maraîchers bio, des horticulteurs et même auprès des jardiniers amateurs (particuliers). Elle a bâti sa petite usine à Pecq, à l’ouest du Hainaut, où elle produit un peu plus de 300 tonnes de lombricompost par an. L’objectif est de passer à 1.000 t.

"Le vrai défi est de produire assez pour répondre à la demande de nos clients et pour atteindre la rentabilité, souligne Alexandre Meire, le CEO de la PME. Il s’agit d’un modèle industriel, les économies d’échelle sont donc importantes. Bref, il faut grandir." Une équation plus complexe que dans une usine traditionnelle puisque les principaux entrants sont des vers: "Il faut veiller à leur bien-être pour qu’ils nous donnent le rendement voulu."

Les clients semblent en tout cas convaincus de l’effet du lombricompost sur leurs plantations, meilleur enracinement, croissance plus rapide, meilleure résistance aux maladies,… puisqu’ils en redemandent. La présence d’un acteur comme Innovation Fund au capital accrédite le sérieux de l’entreprise qui, pour rappel, collabore avec plusieurs universités et centres de recherche.

Un 2e site dans 3 ans

"Pur Ver est un bel exemple d’économie circulaire, ce qui correspond aux valeurs que défend la SRIW, commente Francine Turck, investment manager chez SRIW Environnement. Elle présente aussi un potentiel de nouveaux produits en lien avec une base scientifique forte." Allusion au biostimulant liquide que la start-up met actuellement au point. Ce sera l’équivalent du lombricompost, mais sous forme liquide et à ajouter aux plantes au cours de leur croissance. Pur Ver planche sur d’autres produits, dont une variante qui contribuerait à dépolluer les sols (métaux lourds).

Si tout évolue comme espéré, la PME envisage d’ouvrir un deuxième site de production d’ici trois ans.

Lire également

Publicité
Publicité