Thomas & Piron aligne des résultats record

Nouveau projet à Howald, au Grand-Duché:66 appartements et 6 commerces. ©Asymétrie / TP Lux

Partie du pied du mur, l’entreprise wallonne n’en finit pas de bâtir un empire diversifié. Sans oublier la tradition du maçon mais en devenant progressivement une société leader sur le marché de la promotion immobilière.

Le groupe wallon Thomas & Piron n’en finit pas d’aligner des chiffres record, année après année. Pas de manière homéopathique, mais plutôt exponentielle: le total de bilan a quasi doublé en trois ans, pour passer de 345 à 674 millions d’euros, boosté par une stratégie de promotion immobilière venue progressivement renforcer le métier historique – la construction résidentielle – du groupe familial de Paliseul.

Les chiffres clés

472 millions €, le chiffre d’affaires 2017, soit 21% de hausse sur un an pour tout le holding TP.

+ 61%, la hausse sur 5 ans des fonds propres. Fin 2017, ceux-ci atteignaient 262 millions d’euros.

+ de 100 millions, le prix du dernier foncier acheté. Il se situe près de Belair, un quartier prisé de Luxembourg-Ville.

Résultat, le chiffre d’affaires consolidé 2017 atteint 472 millions d’euros, en hausse de 21% sur un an. TP Home (maisons) et TP Bâtiment (appartements et ensembles mixtes) restent les deux vaches à lait du holding, avec 21 nouveaux chantiers lancés pour un total de 956 unités et 632 unités réceptionnées rien que durant l’année dernière.

Filon luxembourgeois

En termes de croissance, on note également la montée en puissance progressive de la filiale luxembourgeoise du groupe, qui affiche déjà un chiffre d’affaires flirtant avec les 50 millions d’euros. Avec un total bilantaire de 126 millions d’euros, un résultat net de près de 30 millions et des fonds propres avoisinant 58 millions, Thomas & Piron Groupe Luxembourg est devenu un des fers de lance TP pour les dix ans à venir.

La Wallonie entreprend

Vous entreprenez? Vous avez des idées pour faire bouger les lignes? Rejoignez la communauté des entrepreneurs:

La newsletter hebdomadaire

- Le groupe LinkedIn

Découvrez aussi notre site dédié aux chefs d'entreprise wallons et l'ensemble de nos articles.

Les filiales de construction et de promotion locales ont réalisé en 2017 un chiffre d’affaires cumulé de 86 millions d’euros, la branche de promotion affichant une progression remarquable (+ 94%). Un nouveau siège luxembourgeois sortira d’ailleurs tout prochainement de terre à Windhof, non loin de la frontière belge. Le chantier vient juste de débuter et, vu la force de frappe en interne, va bon train.

Luxlait, Howald et Belair

Le site industriel de Luxlait, racheté cher et vilain par Louis-Marie Piron juste avant la crise (2006), est aujourd’hui largement développé et commercialisé sous le lom des "Jardins de Luxembourg". Les deux derniers lots restants (5 et 8) seront bouclés d’ici 4 ans. Plus récemment, TP Lux a acquis en portefeuille des fonciers de taille moyenne à Strassen et Mamer pour y développer respectivement 30 et 35 appartements.

Mais le bras luxembourgeois de Thomas & Piron met aujourd’hui les bouchées doubles. Il est sur le point de lancer la commercialisation d’un important développement de 72 unités (66 appartements et 6 commerces) pour un total de 7.500 m² brut hors sol à Howald, entre Gasperich et Hesperange (voir visuel). Et il vient tout juste de finaliser l’acquisition de son prochain grand foncier.

Situé à environ 500 mètres des Jardins de Luxembourg à vol d’oiseau, il aurait coûté au promoteur belge la bagatelle de 100 millions d’euros. Mais il permettra, une fois les permis obtenus, de développer 186 unités de logement réparties sur 17 résidences et 26 maisons dessinées par l’architecte belge Marc Corbiau. Les 20.000 m² bâtis à terme sortiront de terre sur un îlot situé juste en face du cimetière de Merl, à la limite du quartier Belair, très prisé par les Luxembourgeois. "Nous venons tout juste de signer. Et nous préférons présenter notre projet en priorité à la bourgmestre de Luxembourg-Ville avant d’officialiser cette acquisition. Ce rendez-vous est doublement important puisqu’il s’agira d’une forme de partenariat sur un même quartier dont la ville détient un tiers de la superficie foncière", répond Yves Gaspard quand nous insistons pour avoir davantage de détails sur cet important développement phasé.

Côté timing, un Plan d’aménagement particulier (PAP) baptisé "Parc des Aubépines" a déjà été approuvé par les autorités locales il y a juste trois ans. Il comporte en tout 82 lots englobant le terrain acquis par TP Lux il y a quelques jours (2/3) et le terrain à bâtir communal limitrophe. Les travaux de voirie, pilotés par la ville, seront lancés début 2019 et les permis sont espérés pour 2020.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content