Florence Blaimont, entrepreneure et super woman

Sarah Godard

Passionnée par la création d’entreprises et le développement personnel, Florence Blaimont, la CEO du réseau des femmes entrepreneurs Wonderful Women, veut faire sauter tous les verrous de l’entrepreneuriat féminin.

De prime abord, son péché mignon peut faire (un peu) peur. "J’adore faire des business plans", nous confie Florence Blaimont depuis sa voiture alors qu’elle passe d’un rendez-vous à l’autre. À 35 ans tout rond, la jeune femme affiche de beaux contrastes: blonde et brillante, solaire même, mais attention, pas cruche pour un sou. "Je suis une véritable chef d’entreprise", commente celle qui adore "la vente, le marketing, la psychologie et… le thé".

Avant de se lancer dans l’entrepreneuriat, cette jeune maman solo a suivi un parcours relativement traditionnel. Elle a étudié le marketing et la communication à l’Ichec avant d’intégrer en 2005 Ernst & Young en tant que consultante, puis de poursuivre brièvement chez Beiersdorf. "J’ai très rapidement compris que ça n’était pas pour moi. Je passais mon temps à regarder ma montre. Ma fibre entrepreneuriale me démangeait trop", commente-t-elle.

Dites-le avec le cœur

Malgré des journées ultra chargées, cette infatigable trouve encore le temps de semer la bienveillance comme autant de petites graines: elle est l’auteur d’un livre "Vendre avec son cœur de femme" et elle a piloté une ASBL qui collectait et redistribuait des doudous, en collaboration avec Partena, dans les pouponnières belges.

Un échec pour une réussite

Après trois ans et demi, Florence Blaimont quitte définitivement le travail en entreprise pour développer son activité. Passionnée depuis toujours par le développement personnel, elle réoriente sa carrière via des formations en horaire décalé en coaching, PNL et psychanalyse et développe le programme Hero. "Aujourd’hui, même si c’est une partie moins importante de ma vie professionnelle, je me sers toujours de ce background pour aider les femmes entrepreneures", ajoute-t-elle.

En 2014, un événement extérieur et privé vient redistribuer les cartes. "Je pense qu’on peut dire que mon divorce a été un véritable déclencheur", sourit-elle. Sans s’épancher sur les moments difficiles, Florence Blaimont estime que cet échec personnel s’est transformé en réussite. "Au final, j’ai acquis une autonomie émotionnelle et financière que beaucoup m’enviaient et cela m’a certainement sensibilisée davantage à la cause des femmes", estime-t-elle.

Chroniqueuse

Pour faire connaître ses "Wowo’s", Florence Blaimont maîtrise les réseaux sociaux et son magazine interne mais pas uniquement. Elle est chroniqueuse en radio sur BXFM et en presse écrite pour Lobby Magazine.

Femme d’affaires

L’opportunité qui va lui permettre de rebondir se présente fin 2015. À cette époque, le réseau Wonder Women cherche un nouveau leader et Florence Blaimont décide de le racheter. Désormais rebaptisé Wonderful Women pour des raisons évidentes de copyright, ce "club d’affaires" pour les femmes a vocation à promouvoir l’entrepreneuriat féminin, en donnant davantage de visibilité aux entrepreneures et en leur permettant de partager leurs expériences et leurs savoir-faire.

Aujourd’hui, Wonderful Women cumule 500 membres payants, plus de 17.000 fans sur Facebook, 11.000 sur LinkedIn, un magazine papier et online. Son réseau s’est étoffé et est désormais constitué de 4 antennes à Bruxelles, à Liège, dans le Brabant wallon et dans le Hainaut. "Les antennes sont gérées par des indépendantes selon une tournante. Tous les six mois, on change pour que chaque femme puisse profiter d’un peu de visibilité", explique Florence Blaimont.

Wowo Funding

Pour aller plus loin encore, la WoWo Community inaugurait ce jeudi sa plateforme de crowdfunding baptisée WoWo Funding et qui a vocation à soutenir des projets féminins. "L’accès au financement est l’une des cinq barrières à l’entrepreneuriat féminin. La plupart des femmes n’osent tout simplement pas. Elles ont peur de se planter. Cela fait partie de notre mission de les aider à franchir ce pas", s’enthousiasme la CEO de Wonderful Women.

Le profil
  • Née en 1984, Florence Blaimont est diplômée en sciences économiques et commerciales de l’Ichec.
  • En 2005, elle débute sa carrière chez Ernst & Young en tant que consultante en stratégie marketing avant de rejoindre Beiersdorf (Nivea).
  • À partir de 2007, elle réoriente sa carrière via des formations en horaire décalé en coaching, PNL et psychanalyse et développe le programme Hero.
  • En 2015, cette maman solo reprend les rênes du réseau Wonderful Women qui a notamment pour mission de donner davantage de visibilité aux femmes entrepreneurs.

Lire également

Publicité
Publicité