Guillaume Collard, le jeune patron qui s'est imposé face aux opérateurs historiques

À seulement 35 ans, Guillaume Collard est à la tête d’Eleven Sports en Belgique. Avec son offre à plus de 100 millions d’euros, il a grillé la politesse à Proximus, VOO et autre Telenet dans la course aux retransmissions télévisées du football belge.

Moins d’un an après avoir repris les rênes d’Eleven Sports en Belgique, Guillaume Collard a réussi un sacré coup. En allongeant 103 millions d’euros sur la table, son groupe vient de remporter les droits télévisés pour la retransmission des matches de Pro League pour les cinq prochaines années. Avec son offre historique, le jeune patron a devancé ses concurrents traditionnels.

Bio express

2007: Diplôme d’ingénieur de Gestion à l’UCLouvain.

Octobre 2007: Début chez Belgacom comme "Market Research Analyst".

Juillet 2014: Après une succession de postes, il devient responsable "Strategy & Content Enhancement chez Proximus".

Août 2016: Guillaume Collard rejoint Eleven Sports.

Avril 2019: Il devient le managing director du groupe pour la Belgique et le Luxembourg.

 

 

À seulement 35 ans, Guillaume Collard se fait donc déjà un nom dans le secteur. Ce diplômé en ingénieur de gestion à l’UCLouvain a repris la direction belge de la société d’origine britannique en avril dernier. Son ascension au sein du groupe fut rapide. Arrivé en 2017, deux ans après le lancement belge d’Eleven, il a d’abord été responsable du développement business. Il fut ensuite en charge de l’acquisition au niveau européen. Il était alors en charge des négociations des droits pour les onze pays du Vieux Continent où la société est active. De quoi se rôder à l’exercice.

Encore toute jeune sur notre marché, l’entreprise Eleven se porte déjà bien. Quatre ans seulement après s’être installée en Belgique, la filiale a dégagé ses premiers bénéfices en 2019, avec un Ebitda positif "de quelques millions d’euros", comme le précisait le patron lors de sa première sortie médiatique, dans nos colonnes, en septembre dernier.

Le business model d’Eleven est assez simple mais a déjà fait ses preuves: acheter des droits dans une série impressionnante de championnats (Liga espagnole, Serie A italienne, Bundesliga allemande, NBA, NFL, UFC…) et revendre les retransmissions aux diffuseurs. Là encore, le CV de ce Carolo aura certainement son utilité. Avant son arrivée chez Eleven, le patron a fait le reste de sa courte carrière chez Proximus. D’abord en charge de l’innovation, il s’est ensuite spécialisé dans l’offre de contenus, terminant sa carrière au sein de la maison mauve comme ‘Head of Strategy & Content Enhancement’.

Spécialiste des négociations

Le juste prix?

Lors de son interview accordée à l’Echo fin septembre dernier, Guillaume Collard ne préférait pas préciser combien il était prêt à mettre sur la table pour acquérir les droits télévisés. À la question de savoir si 100 millions d’euros seraient une somme trop élevée, sa réponse était évasive: "Il s’agit de savoir si on peut les monétiser et récupérer notre mise. Car à ces droits, il faut ajouter la production, le marketing, etc. On mettra donc ce que nous pensons être le juste prix."

 

À l’époque, il fut notamment en charge de négocier le contrat entre son employeur Proximus et celui qui allait le devenir peu de temps après. "J’avais rencontré Andrea Radrizzani, le fondateur du groupe, en 2014. Puis, j’ai négocié le contrat entre Proximus et Eleven en 2015. Le courant est bien passé et un an plus tard, il m’a demandé si j’étais partant pour les rejoindre", expliquait-il au Soir il y a quelques mois. Le jeune homme était alors le spécialiste de ce genre de contrats. Proximus lui doit aussi les signatures de partenariats avec le studio belge de production Studio 100 et surtout le géant Netflix.

Une fois que l’offre d’Eleven Sports sera validée en assemblée générale (prévue ce mercredi), le patron pourra partir négocier ses services auprès des opérateurs. De quoi espérer de juteux contrats à la clé? À en croire Guillaume Collard, le championnat belge n’était pas primordial pour le développement du groupe: "On peut vivre sans la Jupiler Pro League, la preuve: on est devenu rentable sans avoir ces droits", nous expliquait-il fin septembre.

 

Amateur de football

Forcément, pour être à la tête d’une telle entreprise, il faut un certain goût pour le sport. Guillaume Collard est un amateur de marathon mais surtout de football. Il a notamment joué durant 20 ans en 1re provinciale. Sur sa page LinkedIn, le patron pointe dans ses centres d’intérêt le Sporting de Charleroi et le SV Zulte-Waregem.

 

Lire également

Publicité
Publicité