Isabelle Huppert sur la route des Oscars

Elle a raflé le Golden Globe de la meilleure actrice, dans un drame, pour "Elle" de Paul Verhoeven. Dans ses remerciements, Isabelle Huppert a tenu à dire: "Ne comptez pas sur le cinéma pour construire des murs et définir des frontières."

Comme Juliette Binoche et Marion Cotillard, Isabelle Huppert peut désormais rêver à la statuette en or des Oscars qui seront décernés le 26 février.

Les nominations aux récompenses de l’académie hollywoodienne seront révélées le 24 janvier. Comme les précitées, Huppert appartient à ce petit cénacle d’actrices françaises considérées comme cultissimes par leurs homologues américaines qui se réfèrent à elles chaque fois qu’on leur demande quel est leur modèle, à part Meryl Streep… Pourtant, la carrière d’Isabelle est plus longue et plus dense que celle des deux autres Françaises.

Le profil
  • 1953 Naissance à Paris.
  • 1974 Après quelques apparitions en télé et au cinéma, Isabelle décroche un petit rôle d’adolescente peu farouche dans "Les Valseuses", de Bertrand Blier, où elle est déniaisée par Depardieu et Dewaere.
  • 1977 Premier rôle dans "La Dentellière" de Claude Goretta. Elle devient une des étoiles montantes du cinéma français comme Isabelle Adjani qui sera sa rivale.
  • 2006 Premier film belge, "Nue Propriété" de Joachim Lafosse avec les frères Renier, Jérémie et Yannick. Elle jouera, plus tard, avec Bouli Lanners et Benoît Poelvoorde.
  • 2010 Elle tourne à Ostende "Copacabana", une comédie de Marc Fitoussi où elle vend des appartements à la Côte belge à des touristes anglais.
  • 2016 Elle part en tournée internationale avec "Phèdre(s)" de Wajdi Mouawad, Sarah Kane et J.M. Coetzee et joue trois soirs au théâtre de Liège.

Une polyglotte à l’accent français

Isabelle Huppert a remporté dimanche le Golden Globe de la meilleure actrice. ©Photo News

Née dans une famille bourgeoise et intellectuelle du XVIe arrondissement parisien, Isabelle a mené de concert des études d’art dramatique et de langues slaves et orientales. Sa connaissance pour les langues lui a permis de jouer hors Hexagone avec des réalisateurs étrangers. En 2014, elle a même partagé une scène de théâtre, à New York, avec Cate Blanchett dans l’adaptation anglaise de "Les Bonnes" de Jean Genêt. Son accent français a, néanmoins, dérangé le critique du New York Times qui l’a jugée inintelligible. Soit, la performance méritait quand même d’être soulignée. Huppert est sur tous les fronts. Le cinéma avec boulimie, le théâtre avec sélectivité, la chanson avec exception… En effet, sa seule incursion notable à ce jour (mais pas du tout commerciale) fut de se joindre à Jean-Louis Murat, sur l’album "Madame Deshoulières", en 2001. La chanson, Isabelle y revient sous peu via le cinéma avec "Souvenir" du Belge Bavo Defurne qui sort ce 18 janvier.

Isabelle Huppert était l’actrice-fétiche de Claude Chabrol avec lequel elle tourna huit films qui, pour la plupart, obtinrent des récompenses. Ainsi, "Violette Nozière", prix d’interprétation féminine à Cannes en 1978 et "La Cérémonie", César de la meilleure actrice en 1996. Michael Haneke, le réalisateur autrichien, a fait également d’Isabelle une de ses muses. Son duo mémorable avec Annie Girardot dans "La Pianiste", sorti en 2001, valut à Girardot un émouvant César en 2002 et un autre Prix d’interprétation à Cannes à Isabelle en 2001.

Dans des robes Johanne Riss

La créatrice de mode, basée à Bruxelles, a habillé Isabelle Huppert pour le film "Souvenir" du réalisateur belge Bavo Defurne. La pièce maîtresse de ce dressing de cinéma est une robe fourreau parsemée de feuilles de laurier dorées. Johanne Riss s’est régulièrement rendue à Paris pour les essayages avec Huppert qui, d’après la créatrice, sait très bien ce qu’elle veut et ce qui lui va.

Upper actress

Huppert est une "upper" actrice. Elle ne s’identifie pas à ses personnages. Comme elle le confiait à ELLE France, récemment: "Moi, c’est identification zéro." Elle n’est ni la femme violée qui traque son agresseur dans "Elle", ni l’ex-candidate à l’Eurovision de la Chanson portraiturée dans "Souvenir". Elle a joué plus de 130 films en composant à chaque fois ses personnages. Elle n’a peur de rien parce qu’elle a peur de tout. Y compris de prendre l’ascenseur…

Ses trois enfants

De son union avec le producteur-réalisateur Ronald Chammah, Isabelle a eu trois enfants. Lolita est devenue actrice, Lorenzo dirige le cinéma Christine 21 et Angelo fait des études de cinéma aux Etats-Unis. Les chiens ne font pas des chats…

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content