James Murdoch, l'héritier contesté

©AFP

L’héritier favori de Rupert Murdoch, devenu l’homme le plus puissant du groupe à deux têtes, va faire face à la contestation des actionnaires de Sky aujourd’hui à l’Assemblée générale annuelle.

L’image date de l’été 2011 mais revient systématiquement en mémoire lorsque la famille Murdoch connaît des difficultés. Cette image, c’est celle d’un père et de son fils, de l’octogénaire Rupert et du quasi-quadragénaire James, face aux membres d’une commission parlementaire chargée de faire la lumière sur le scandale des écoutes téléphoniques. James Murdoch, alors président de BSkyB, qui chapeautait notamment les journaux News of the World et The Sun, était en première ligne suite aux révélations de pratiques quasi industrielles d’espionnage téléphonique de personnalités. En première ligne, et en même temps protégé par son père comme un enfant venant de voler un malabar chez le confiseur.

En pleine tempête, James Murdoch avait finalement été "exfiltré", mis à l’abri le temps que l’oubli fasse son œuvre. Quant au rachat imminent de la totalité de BskyB par News Corp, il avait été abandonné.

De nombreux acteurs directs du scandale des écoutes téléphoniques ont vu leur carrière détruite, certains ont même été emprisonnés. En menant à son terme l’opération de rachat de Sky, James Murdoch serait finalement le seul vainqueur final d’une affaire qui a empoisonné la vie des médias pendant plusieurs années.

Le profil
  • Né le 13 décembre 1972 à Londres
  • Marié, trois enfants
  • 1991: Étudie le cinéma et l’histoire à l’université de Harvard.
  • 2011: Annonce la fermeture de News of the World à la suite du scandale des écoutes téléphoniques
  • 2015: CEO de 21st Century Fox
  • 2016: Président de Sky

Six ans plus tard, la situation revient presque à l’identique. Tout a changé pour que rien ne change, pourrait dire Burt Lancaster dans Le Guépard. 21st Century Fox, créée suite à ce scandale et qui a séparé les activités américaines des activités britanniques de la dynastie, ne détient toujours que 39% de Sky et compter en racheter la totalité pour une somme de 11,7 milliards de livres (13 milliards d’euros).

James Murdoch, qui est, dans une fratrie de six membres, l’héritier le plus fidèle aux ambitions de son père, est revenu aux commandes, voire à des fonctions supérieures encore à celle du tournant de la dernière décennie. Il est à la fois Président de Sky et CEO de 21st Century Fox.

"Conflit d’intérêts!", criera une partie des actionnaires de Sky lors de l’Assemblée générale aujourd’hui à Londres. Mise en sommeil pendant cinq ans, l’opération de rachat a été relancée l’hiver dernier, quelques mois après que James Murdoch ait repris son rôle de président de Sky.

Les actionnaires indépendants, qui représentent 60% des votes, pourraient voter en majorité le non-renouvellement de son mandat, ce qui sera une manière forte de rejeter cette OPA. La famille Murdoch détient les 40% restants.

L’année dernière, les actionnaires indépendants avaient voté à une courte majorité (51%), le non-renouvellement de la présidence de James Murdoch. Étant donné le poids actionnarial de la dynastie, un long chemin reste encore à parcourir pour renverser la table.

Cette pression d’une partie des actionnaires n’est pas la seule menace. Le régulateur britannique, la Competition and Markets Authority (CMA), est en effet très regardant sur cette possible acquisition de Sky par le groupe américain, qui détient notamment la très partisane chaîne d’information Fox News. La pluralité des médias et l’exigence culturelle du groupe Sky, qui publie notamment The Times, n’en sortiraient pas forcément intacte.

Mais le régulateur britannique ne pourra pas empêcher la toute puissante famille Murdoch de régner sur son propre groupe, ni annuler une opération industrielle qui a toujours fait sens sur le plan stratégique.

Un groupe florissant

Malgré la concurrence des nouveaux acteurs du numérique, Sky est l’un des groupes européens qui se portent le mieux, avec notamment des activités en Italie et en Allemagne. Il compte 22 millions de clients, pour un chiffre d’affaires de 12 milliards de livres et un profit de 1,6 milliard.

Héritage

James Murdoch est le fils cadet du deuxième des quatre mariages de Rupert Murdoch. C’est de cette branche que sont issus les trois enfants les plus impliqués dans la conduite de News Corp et 21st Century Fox. Outre James, Elizabeth est une figure importante de l’audiovisuel britannique et Lachlan a longtemps été pressenti comme le futur patron de News Corp.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content