Karim Ibourki, un ex-dir-com du PS à la tête du CSA

Proche de Rudy Demotte, l’ancien directeur de la communication du PS sera nommé ce mercredi à la présidence du gendarme de l’audiovisuel.

Son nom n’apparaissait pas parmi les favoris. Mais Karim Ibourki (PS) sera bien le nouveau président du Conseil supérieur de l’audiovisuel. L’information donnée par Le Soir nous a été confirmée par ailleurs. Contacté, l’intéressé n’a pas fait de commentaire mais nous renvoie au gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, qui procédera à sa désignation ce mercredi.

Karim Ibourki succède à Dominique Vosters (PS, 58 ans), dont le mandat venait à échéance ce 15 novembre. L’intéressé se serait bien vu rempiler, mais il devra retourner au service général de l’audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, dont il avait été détaché.

Deux autres noms avaient circulé, tous deux également PS: Renaud Bellen et Virginie Vandeputte. La nomination de Karim Ibourki est dès lors une surprise, d’autant plus inattendue que l’homme n’est pas un proche du ministre des médias Jean-Claude Marcourt, mais plutôt un fidèle de Rudy Demotte.

Le profil
  • 47 ans, né d’un père marocain et d’une mère belge.
  • Candidature en droit et maîtrise en sciences politiques à l’ULB.
  • Assistant à l’université de Nottingham.
  • Photographe à l’agence Photo News entre 1996 et 2000.
  • Diverses fonctions auprès du ministre PS Rudy Demotte (porte-parole, dir-com, chef de cabinet) entre 2003 et 2015.
  • Directeur de la communication du PS entre 2015 et août 2017.
  • Depuis septembre, il était commissaire du gouvernement auprès des hautes écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Si la présidence échoit au PS, les trois vice-présidences reviennent, en vertu du pacte culturel, aux autres partis démocratiques. Le cdH va renouveler le mandat de François-Xavier Blanpain, Ecolo va remplacer Bernadette Wynants par Alexis De Boe et la MR Isabelle Kempeneers va succéder à Pierre Houtmans, malgré une forte pression, paraît-il, du secteur de la radio, qui plaidait pour le maintien de ce fin connaisseur du secteur (il fut un des cofondateurs de Contact). Le président et les trois vice-présidents constituent le bureau, l’organe qui coordonne et organise les travaux du CSA.

Une fidélité sans faille à Rudy Demotte

Âgé de 47 ans, Karim Ibourki a fait une candidature en droit puis une licence en journalisme (mais il n’a pas fait son mémoire). Il a également complété son cursus par un master en sciences politiques. Le tout à l’ULB.

Après avoir été assistant à l’université de Nottingham, il a changé de cap en 1996 pour faire de son hobby un métier, en devenant photojournaliste. Quatre ans plus tard, en 2000, il fut sollicité par Philippe Close, l’actuel bourgmestre de Bruxelles, pour devenir attaché parlementaire des sénateurs PS Roger Lallemand et Philippe Mahoux. Trois ans plus tard, Karim Ibourki fut remarqué par Rudy Demotte, alors ministre des Affaires sociales au gouvernement fédéral et aujourd’hui ministre président de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Demotte en fit son parole-parole, puis son directeur de la communication et enfin son chef de cabinet.

En 2015, ce fan de moto devint directeur de la communication du PS. Poste qu’il a quitté en septembre dernier pour devenir commissaire du gouvernement auprès des hautes écoles de la Fédération. Visiblement, la com’ et les médias lui manquaient, puisqu’il n’aura occupé ce poste que quelques semaines à peine.

L’indépendance en question

Réputé malin, bosseur, ouvert au dialogue et maîtrisant bien ses dossiers, certains font en revanche remarquer que c’est à nouveau un homme d’appareil, ex patron de la com du PS qui plus est, qui s’apprête à diriger une institution réputée indépendante. En cela, il ne diffère guère de ses prédécesseurs Marc Janssen et Dominique Vosters. Le premier fut porte-parole d’Elio Di Rupo, tandis que le second fut chef cab’ de l’ancienne ministre de l’audiovisuel Fadila Laanan. On jugera sur pièce donc, en sachant que le poste est miné, avec quelques dossiers brûlants qui l’attendent sur son bureau.

PHOTOJOURNALISTE

Passionné de photo, Karim Ibourki a fait de son hobby son métier. Pendant quatre ans il a été photojournaliste à l’agence Photo News. Ses reportages l’ont amené à couvrir à la fois l’affaire Dutroux et l’actualité politique et économique, notamment pour Le Vif/L’Express et Trends Tendances.


DOSSIERS CHAUDS

Trois dossiers brûlants attendent sur la table du nouveau président du CSA. Il y a d’abord celui de l’arrivée de TF1 sur le marché publicitaire belge: le CSA tente toujours de faire en sorte que TF1 s’engage formellement à contribuer à la production locale. Il y a ensuite celui de la reprise en main du contrôle sur RTL, initiée par son prédécesseur. Enfin, il y a surtout l’interminable feuilleton des plans de fréquences radio (FM et numérique).

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content