Un capitaine "qui aime être à la barre d'engins technologiques"

Peu connu dans la partie francophone du pays, Serge Van Herck arrive à la tête d’EVS fort d’une riche expérience dans les métiers du broadcasting et des communications par satellite.

Serge Van Herck, 50 ans, a été nommé CEO d’EVS lundi et prendra immédiatement ses fonctions. Il sera tout de suite jeté dans le bain puisqu’en fin de semaine, il sera présent sur le stand d’EVS à l’IBC d’Amsterdam, "the place to be" en Europe pour l’industrie audiovisuelle (équipementiers, prestataires technologiques, chaînes de télévision, etc.)

Avouons-le: le nom Serge Van Herck ne nous disait pas grand-chose à la lecture du communiqué annonçant son arrivée. Pourtant, c’est armé d’un solide CV dans les métiers du broadcasting que ce Gantois débarque à Liège. Titulaire d’un diplôme d’ingénieur civil en électromécanique de l’université de Gand ainsi que d’un MBA de la Vlerick Leuven Gent Management School, il a plus de 25 ans d’expérience en tant que dirigeant et membre de conseils d’administration au sein de l’industrie du broadcast et des communications par satellite, respectivement au sein de l’ex-Belgacom, d’Eutelsat et d’Accenture.

"EVS est une belle entreprise, connue dans le monde entier… Elle a beaucoup de points communs avec Newtec." serge van herck ceo d’evs

Mais il a surtout passé près de 15 ans, entre 2003 et 2017, chez Newtec dont il était également un important actionnaire. Entre 2006 et 2016, il fut CEO et président du conseil d’administration de cette société flamande spécialisée dans les équipements et technologies de communications par satellite. De cette entreprise rachetée en 2017 par le fonds d’investissement flamand PMV et le fonds de capital-risque Smartfin pour 50 millions d’euros, Serge Van Herck dira un jour que "trois milliards de personnes regardaient la télévision par satellite grâce à sa technologie".

Quelque part, il pourrait dire la même chose d’EVS tant ses technologies (serveurs vidéo, ralentis….) sont présentes dans les retransmissions des grandes manifestations sportives visionnées par des milliards de téléspectateurs: Jeux Olympiques, Coupe du monde, Euro de football, etc. "Quand j’ai revendu mes parts dans Newtec, j’avais ce luxe de ne pas devoir retrouver un job immédiatement, j’ai refusé poliment quelques propositions, mais quand est arrivée celle d’EVS, c’était autre chose!" raconte-t-il, avant d’ajouter: "C’est une belle entreprise, connue dans le monde entier, ambitieuse et active dans les technologies de la télévision. Bref, elle a beaucoup de points communs avec Newtec. Nous avons d’ailleurs eu par le passé des discussions sur certains projets."

Serge Van Herck est également un homme de réseau et un investisseur. Il est président du conseil d’administration de la société technologique anversoise Hysopt et de la société de services télécoms par satellite bruxelloise SatADSL. Il a aussi développé son fonds, investissant dans des sociétés actives dans la technologie un peu partout dans le monde. En 2008, il a rejoint la WTA (World Teleport Association) et l’Esoa (EMEA Satellite Operator’s Association) comme administrateur. Il a également été membre du conseil d’administration du Voka et d’Agoria.

Marié depuis 25 ans – "le même âge qu’EVS", plaisante-t-il – ce père de deux garçons se détend en pilotant des petits avions ou en tenant la barre de son voilier. "Comme vous le voyez, j’aime être à la barre d’engins technologiques, je suis un skipper", conclut-il de manière imagée.

Lire également

Publicité
Publicité