Adam Mosseri, un proche de Zuckerberg à la tête d'Insta

©AFP

35 ans d’âge, dix ans de carrière chez Facebook. En devenant le nouveau patron d’Instagram, Adam Mosseri permet à Facebook de prendre le contrôle sur la plateforme de photos. Jérôme Marin

La succession était annoncée, elle est désormais officielle. Lundi 1er octobre, Adam Mosseri a été nommé à la tête d’Instagram. Il remplace Kevin Systrom, le fondateur de l’application d’échange de photos et de vidéos qui a annoncé son départ fin septembre. Une démission soudaine, précipitée par des tensions grandissantes avec Facebook  , sa maison mère.

Le profil
  • Né le 23 janvier 1983
  • 2008: Rejoint Facebook comme designer
  • 2012: Prend les commandes du fil d’actualités
  • Mai 2018: est nommé directeur des produits d’Instagram
  • Octobre 2018: devient le patron d’Instagram

L’arrivée de ce proche de Mark Zuckerberg entérine un changement majeur: la fin de l’indépendance que la plateforme avait conservée suite à son rachat en 2012 pour 715 millions d’euros. Elle est désormais considérée comme une simple division du réseau social. Ainsi, Adam Mosseri n’a pas hérité du titre de directeur général d’Instagram de son prédécesseur.

À 35 ans, le responsable a effectué quasiment l’intégralité de sa carrière chez Facebook. Diplômé en design informatique, il rejoint la société en 2008. Quatre ans plus tard, il se voit confier un premier projet d’envergure: Facebook Home, une application Android remplaçant l’interface habituelle par une interface entièrement centrée autour de Facebook. Un échec.

Adam Mosseri rebondit. Il prend la direction du news feed, le fil d’actualités qui représente le cœur de Facebook. Début 2016, il en supervise la refonte pour davantage mettre en avant les contenus publiés par la famille et les amis. Après les élections américaines de 2016, il se retrouve en première ligne face aux critiques sur la prolifération des fausses informations. Il est très actif sur Twitter pour défendre l’entreprise.

En mai dernier, Adam Mosseri est nommé au poste de responsable de produits d’Instagram. Une arrivée alors interprétée comme une mise sous tutelle de la plate-forme. De fait, ces derniers mois, Mark Zuckerberg s’impliquait de plus en plus dans la gestion quotidienne, imposant des changements aux dirigeants d’Instagram.

Reprise de contrôle

En plaçant un de ses plus fidèles lieutenants aux commandes, le patron de Facebook parachève la reprise de contrôle sur ses acquisitions. Chez WhatsApp, le fondateur Jan Koum, parti au printemps, a été remplacé par Chris Daniels, un autre homme de confiance de Mark Zuckerberg. Chez Oculus, le fondateur, le controversé Palmer Luckey, a été poussé vers la sortie en mars 2017. L’application de messagerie et le fabricant de casques de réalité virtuelle ont aussi abandonné leur indépendance.

Cela n’est pas sans conséquence. À peine trois mois après le départ de Jan Koum, WhatsApp a officialisé une nouvelle stratégie de monétisation. L’application facture désormais certains messages envoyés par les entreprises. À partir de 2019, elle commencera également à afficher des publicités, une option toujours rejetée par ses créateurs.

Des changements importants pourraient également intervenir sur Instagram. Par exemple, une intégration plus poussée avec Facebook, pour inciter, voire forcer ses utilisateurs à aussi publier leurs photos et stories sur le réseau social. Des notifications relatives à Facebook pourraient aussi être ajoutées, comme cela a déjà été testé. Un moyen de profiter de la popularité d’Instagram, surtout auprès des jeunes, pour donner un coup de fouet à sa plateforme principale. Mais un risque aussi de mécontenter les utilisateurs.

Responsable apprécié

Chez Facebook, Adam Mosseri jouit d’une très bonne réputation. À l’extérieur, il fait partie des rares responsables de la société appréciés, notamment chez les éditeurs de presse malgré des changements qui leur ont été défavorables.

Adoubé par les fondateurs

L’annonce de la nomination d’Adam Mosseri a été faite par les deux fondateurs d’Instagram. Ils se félicitent de sa formation dans le design et de son goût pour la simplicité, l’une des raisons du succès de la plateforme de photos.

Lire également

Publicité
Publicité