Adam Schiff, le nouvel ennemi n°1 de Donald Trump

Le chef de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants supervise l’enquête pour impeachment contre le Président américain.

"Adam Schiff devrait démissionner", telle est la nouvelle rengaine de Donald Trump. C’est quand le Président américain a un ennemi en chair et en os qu’il est le plus agressif. Il a vu dans le démocrate son nouveau punching-ball. Chef de la commission du Renseignement à la Chambre des représentants, Adam Schiff est devenu le visage de l’enquête pour impeachment qu’il supervise. S’il a bien conscience que la procédure n’ira sûrement pas jusqu’à la destitution du chef de l’État faute de majorité républicaine au Sénat, qui a le dernier mot, il fait de son enquête une question morale.

La semaine dernière, en amont de l’audition de l’inspecteur général du Renseignement dans l’affaire ukrainienne, il a paraphrasé la conversation téléphonique entre Donald Trump et Volodymyr Zelensky, son homologue ukrainien. "Nous avons été très bons avec votre pays, très bons. Aucun autre pays n’a fait autant que nous. Mais vous savez quoi? Je ne vois pas beaucoup de réciprocité. J’ai entendu votre demande, mais je voudrais quelque chose en échange, cela dit. Et je vais le dire seulement sept fois, donc vous feriez bien d’écouter. Je veux que vous inventiez de sales histoires sur mon rival politique (…). " Une exagération que Donald Trump a dénoncé comme des "mensonges". "Je veux que Schiff soit interrogé au plus haut niveau pour fraude et trahison", a-t-il ordonné sur Twitter.

Le profil
  • 22 juin 1960: Naissance à Framingham (Massachusetts)
  • 1982: Diplôme de l’université Stanford
  • 2000: Élu pour la première fois à la Chambre des représentants
  • 2003: Il vote pour la guerre en Irak.
  • 2019: Il devient chef de la commission du Renseignement à la Chambre.

Mercredi, le Président se frottait les mains: un article du New York Times a révélé que la commission d’Adam Schiff a eu connaissance des inquiétudes du lanceur d’alerte avant que ce dernier ne rédige sa plainte officielle. Une preuve, assure Donald Trump, que toute l’affaire est orchestrée par les démocrates. Adam Schiff s’est défendu: il n’a jamais vu la plainte formelle avant qu’elle ne soit envoyée à la hiérarchie du lanceur d’alerte. Encore moins l’a-t-il aidé à l’écrire.

"Voix mesurée mais puissante"

Adam Schiff, 59 ans, n’en est pas à son premier combat politique. Représentant du 28e district de Californie, un territoire qui comprend Hollywood, il fait partie des personnalités les plus bruyantes à gauche contre l’administration Trump. Avant le scandale ukrainien, l’affaire russe et l’enquête du procureur Mueller l’ont déjà bien occupé. "La voix qu’Adam donne à ces questions est calme, logique, linéaire, mesurée mais puissante", estimait en décembre 2018 l’actuelle speaker démocrate, Nancy Pelosi, dans le New Yorker.

Originaire du Massachusetts et élevé dans une famille juive, Adam Schiff a fréquenté les bancs de Harvard, en droit, et de Stanford, en science politique. En 1990, il rencontre sa femme Eve avec qui il a deux enfants. Il commence sa carrière au bureau du procureur général de Los Angeles avant d’être élu pour la première fois au Sénat local de Californie en 1996. Quatre ans plus tard, il fait son entrée au Congrès à Washington où il réside depuis, même s’il met un point d’honneur à se rendre dans son district un week-end sur deux. Après dix mandats à la Chambre, a-t-il lui aussi des ambitions présidentielles? S’il n’est pas candidat pour 2020, il estime qu’il ne faut "jamais dire jamais".

Lire également

Publicité
Publicité