Anthony Scaramucci, l'autre businessman de la Maison-Blanche

Flamboyant financier, le nouveau directeur de la communication de la Maison-Blanche avait critiqué Donald Trump pendant les primaires républicaines.

Durant la campagne présidentielle, Anthony Scaramucci a convaincu les donateurs républicains d’ouvrir leurs portefeuilles pour Donald Trump. Mais comme nouveau directeur de la communication de la Maison-Blanche, son job sera de convaincre les Américains que Trump tient ses promesses.

Anthony Scaramucci a été nommé vendredi, presque deux mois après le départ de son prédécesseur, Michael Dubke. Son arrivée a d’ailleurs provoqué la démission de Sean Spicer, le porte-parole du Président américain, en signe de protestation.

À 53 ans, cet ancien Goldman boy né à Long Island dans une famille d’immigrés italiens est souvent comparé à son nouveau boss. Comme Donald Trump, Scaramucci a été animateur d’émissions de télévision. Dans l’un de ses trois livres, "Goodbye Gordon Gekko", en référence au requin de la finance interprété par Michael Douglas dans le film "Wall Street", il explique aux futurs traders "comment faire fortune sans avoir à perdre son âme". Et comme Donald Trump, Scaramucci est surtout connu pour venir du monde des affaires.

Soutien d’Obama

Le profil
  • Né le 6 janvier 1964 à Long Island.
  • 1989-1996: travaille chez Goldman Sachs.
  • 2005: crée son fonds d’investissement SkyBridge Capital.
  • 2016: rallie la campagne de Donald Trump en février.
  • 2017: nommé directeur de la communication de la Maison-Blanche.

Look de jeune premier toujours soigné, il a passé sept années chez Goldman Sachs. Il crée en 2001 un premier fonds d’investissement. Mais c’est celui qu’il fondera en 2005, SkyBridge Capital, après avoir acheté une activité de gestion d’actifs de la banque Citigroup, qui lui apportera le succès. En 2008, Scaramucci collecte des fonds pour le futur président Barack Obama, qu’il a rencontré lors de leurs études à Harvard.

Mais de 2008 à 2012, il s’oppose aux réformes d’Obama et défend Wall Street. Il devient alors l’un des gros donateurs du parti républicain. Trésorier de la campagne électorale de Mitt Romney en 2012, il a organisé des soirées de levées de fonds pour Scott Walker et Jeb Bush lors des dernières primaires républicaines avant de rejoindre le camp de Donald Trump.

Anthony Scaramucci a vendu dès janvier son fonds SkyBridge Capital à un consortium chinois afin d’éviter des conflits d’intérêts potentiels. Il a fait partie de l’équipe de transition et n’a depuis jamais caché son envie de rejoindre l’administration Trump qu’il n’a eu de cesse de défendre sur les plateaux de télévision au gré des révélations sur les ingérences russes.

Le Président américain aurait apprécié la façon dont il a obligé CNN à retirer un article à charge sur ses affaires financières. Le mois dernier, la chaîne d’informations avait publié un article affirmant que le Congrès enquêtait sur les liens entre des membres de l’équipe Trump et un fonds d’investissement russe. Selon l’auteur, citant une source anonyme, Scaramucci aurait rencontré le directeur général du fonds quelques jours avant l’investiture de Donald Trump. Trois journalistes ont depuis démissionné dans le cadre de l’affaire.

Anthony Scaramucci est réputé pour son verbe facile et ses talents d’orateur. Lors de sa première conférence de presse vendredi, il aura en tout cas montré qu’il était parfaitement à l’aise dans ses nouvelles fonctions. Il s’est excusé pour avoir exprimé sur Twitter ses vues contraires à celles du Président. Avant de joindre son équipe, il avait, entre autres, traité Trump "d’anti-américain". Il a ensuite adressé un kiss à la presse en guise d’au-revoir, portant sa main à ses lèvres, avant de quitter le podium.

Des tweets gênants

Scaramucci a effacé samedi une série d’anciens tweets qu’il avait postés sur sa page, dont des messages de soutien à la candidate démocrate Hillary Clinton lors des dernières élections présidentielles. Il a annoncé qu’il souhaite une transparence totale et qu’il avait effacé les précédents tweets.

Le grand ménage

Anthony Scaramucci a promis dimanche un nouveau départ au sein de l’équipe du Président américain, tout en menaçant ceux qui continueraient à parler à la presse sans autorisation. "S’ils veulent rester, il va falloir qu’ils arrêtent les fuites", a-t-il déclaré sur CBS ce week-end.

Carnet d’adresses

Depuis 2009, il organise chaque année à Las Vegas une conférence annuelle baptisée Skybridge Alternatives Conferences (SALT) à laquelle prennent part le gotha de la finance et de la politique internationale, ainsi que des célébrités. L’ancien président français Nicolas Sarkozy et le réalisateur Oliver Stone y sont intervenus en 2013.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité