Aston Martin en course vers la Bourse

La DB10 d'Aston Martin ©REUTERS

Le constructeur automobile britannique a annoncé son introduction prochaine sur le London Stock Exchange.

Après Rolls-Royce  , Bentley et Jaguar, qui ont connu un nouvel âge d’or au cours de la décennie écoulée grâce aux nouveaux riches acheteurs de l’est, Aston Martin pétarade de santé.

Le profil
  • Née en 1913 à Londres
  • Nationalité: anglaise
  • Actionnaires: Investindustrial, Investment Dar, Daimler
  • Chiffre d’affaires: 445 millions de livres
  • Bénéfices: 42 millions de livres
  • Salariés: 1.850

La société centenaire sera en effet prochainement introduite en Bourse, après le désengagement partiel de ses principaux partenaires actuels, les groupes de capital-investissement koweïtien Investment Dar et italien Investindustrial, qui vont libérer 25% des parts. Ils resteront toutefois dans le capital, ainsi que l’Allemand Daimler  , qui détient 5% des actions. Les salariés et clients du groupe auront également la possibilité d’acquérir des actions en priorité.

L’IPO devrait valoriser le groupe à hauteur de 5 milliards de livres (5,5 milliards d’euros). Elle intervient au meilleur moment, celui des premiers bénéfices de la décennie, et alors que le Royaume-Uni ne s’est pas encore élancé vers le fameux saut de falaise post-Brexit.

Le DBX, le futur SUV d'Aston Martin. ©BELGAIMAGE

Cette transformation du capital s’accompagne d’une révolution stratégique, avec notamment la production de nouveaux modèles électriques et la sortie du premier SUV l’an prochain, ce qui constitue une petite pique à Jaguar Land Rover, dont les ventes sont toutefois beaucoup plus importantes et qui a connu une trajectoire plus rectiligne.

Indissociable de James Bond

Sean Connery pose devant la mythique DB5 d'Aston Martin. ©BELGAIMAGE

À l’image de toute voiture de course digne de ce nom, le groupe Aston Martin a fait quelques sorties de route. Le bilan a ainsi été déposé à sept reprises dans son histoire.

Créée dans un atelier londonien juste avant la Première guerre mondiale par l’ingénieur Robert Bamford et le passionné d’automobile Lionel Martin, Aston Martin a dû se délocaliser à de nombreuses reprises, et n’a pas à proprement parler de berceau, comme par exemple le site historique de Rolls-Royce, à Goodwood, dans le sud de l’Angleterre.

Le tournant est intervenu au cinquantième anniversaire de la marque, avec la création de la fameuse DB5, que James Bond allait conduire pour la première fois l’année suivante, dans l’un des films les plus réussis de la série: Goldfinger.

Dans Skyfall, James Bond, incarné cette fois par Daniel Craig, ressort sa DB5. Un coup de marketing assuré. ©MGM Pictures

L’un des plus grands coups marketing de la décennie écoulée a été réalisé en 2013, année du centenaire de la marque. Il s’agit de ce moment du film Skyfall où un James Bond-Daniel Craig crépusculaire, plein de doutes et pourchassé, décide de fuir de Londres au volant de sa DB5, qu’il cachait dans un obscur garage d’un quartier interlope. "Le problème, avec les voitures modernes, c’est qu’elles sont équipées de traceurs GPS", explique-t-il à M. "Et je suppose que celle-ci passe complètement inaperçue…", répond sa supérieure hiérarchique en observant de façon dubitative le rutilant bolide.

La DB5 et James Bond sont devenus indissociables, et ont autant œuvré pour leurs images respectives, ajoutant une forme de raffinement et d’élégance à la performance, et personnifiant à merveille deux mécaniques qui auraient pu rester trop froides et trop bien rodées.

Aston Martin n’est personne

Contrairement aux apparences, le nom Aston Martin ne correspond pas à celui du créateur de la marque. Ou pas complètement. Lionel Martin, co-créateur de la société avec l’ingénieur Robert Bamford, lui a donné son patronyme, mais le nom Aston provient du site où le prototype a roulé pour la première fois, sur la piste d’Aston Hill Climb, dans le Buckinghamshire, qui est aujourd’hui une simple route de campagne. La femme de Martin a suggéré ce nom car il assurerait la première place alphabétique sur les listes et catalogues de vente.

Record de vente

La voiture britannique la plus chère de l’histoire est une Aston Martin. Il s’agit d’une DBR1/1 de 1956, conduite notamment par les pilotes de course Carroll Shelby et Stirling Moss. Elle a été acquise pour 22,55 millions de dollars à l’été 2017 lors d’enchères organisée par Sotheby’s, en Californie. La DB5 conduite par Sean Connery dans Goldfinger a coûté 4,6 millions de dollars à son acquéreur lors d’une mise aux enchères à Londres.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content