Aung San Suu Kyi Prix: Nobel de la Paix

En Birmanie, la célèbre opposante à la dictature, assignée à résidence depuis plus de sept ans, pourrait retrouver la liberté dans les prochains jours.

Selon certaines informations, Aung San Suu Kyi pourrait bientôt être libérée. Celas n’a pas encore été confirmé par le numéro un de la junte, le général Than Shwe, mais celui-ci aurait déjà signé l’ordre de remise en liberté. Née à Rangoon et âgée de 65 ans, Suu Kyi a passé 15 des 21 dernières années en détention et aura purgé, ce samedi, sa dernière peine de 18 mois d’assignation à résidence. Fille du général Aung San, héros de l’indépendance birmane assassiné en 1947, elle poursuit ses études à New Delhi puis à l’Université d’Oxford et épouse, en 1972, l’universitaire britannique Michael Aris avec lequel elle aura 2 enfants.

En 1988, Suu Kyi retourne en Birmanie afin de prendre soin de sa mère et commence son combat pour la démocratie. Après les émeutes pour l’établissement de la démocratie réprimées dans le sang par la junte en 1988, elle crée la Ligue nationale pour la démocratie (LND) et est assignée à résidence pour la première fois, de 1989 à 1995, pour s’être exprimée trop ouvertement contre le régime. La LND obtient une victoire triomphale en 1990, mais la junte en rejette le résultat. Aung San Suu Kyi obtient le prix Nobel de la paix en 1991 et est libérée en juillet 1995. En 1998, elle adresse un ultimatum au gouvernement, lui demandant de convoquer l’assemblée élue en 1990 et qui n’a jamais siégé mais elle est à nouveau placée en résidence surveillée en 2000. Elle est libérée en mai 2002.

Quelques mois plus tard, le convoi dans lequel Suu Kyi circule avec des membres de son parti, tombe dans une embuscade orchestrée par le régime. Suu Kyi ainsi que de nombreux cadres de la LND sont arrêtés. La dissidente est à nouveau assignée à résidence. En mai 2009, alors qu’elle espère être libérée, un Américain s’introduit dans son domicile. Elle est condamnée à 18 mois supplémentaires de résidence surveillée. Aung San Suu Kyi a déjà fait savoir qu’elle refuserait toute condition posée par la junte quant à sa remise en liberté.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés