Bernard Tapie, la tourmente autour de la vente d'Adidas

C’est le procès de sa vie, dit Bernard Tapie. Le tribunal correctionnel de Paris se penche sur l’arbitrage qui, en 2008, a permis à l’homme d’affaires de toucher 403 millions d’euros.

1993-2019. Pas loin de trente ans. Et voilà que cette foutue vente d’Adidas n’en finit pas de coller aux basques de l’homme d’affaires Bernard Tapie comme le sparadrap de-qui-vous-savez. C’est ce lundi que le tribunal correctionnel de Paris a commencé l’étude du volet pénal de l’arbitrage de 2008 qui avait vu Bernard Tapie toucher 403 millions d’euros pour solde de tout compte de la revente d’Adidas par le Crédit Lyonnais. Depuis, l’arbitrage en question a été annulé au civil et Bernard Tapie, âgé de 76 ans et atteint d’un cancer de l’estomac, a été condamné à rendre les sommes perçues. Pour les créanciers, avec les intérêts, la dette de l’homme d’affaires s’élèverait aujourd’hui à 525 millions d’euros. Cette façon de voir est contestée. Cette fois, la Justice va se pencher sur les conditions plutôt favorables qui ont permis à l’homme d’affaires de toucher un tel pactole.

Six prévenus

On l’a écrit, l’affaire remonte au début des années nonante. À cette époque, aidé par une filiale du Crédit Lyonnais, Bernard Tapie rachète Adidas. Trois ans plus tard, en 1993, au bord de la faillite, il revend Adidas à l’homme d’affaires Robert Louis-Dreyfus. Lors de cette deuxième opération, le Crédit Lyonnais – détenu par l’État français – se paie une fameuse plus-value par le truchement de sociétés offshore. S’estimant lésé par cette opération, Bernard Tapie a attaqué en justice. In fine, en 2008, par la grâce d’une procédure d’arbitrage, Bernard Tapie obtient un dédommagement record de 403 millions d’euros. Déduction faite de toute une série de créances, il touchera finalement 240 millions d’euros.

dates clés
  • 1990: Bernard Tapie achète Adidas.
  • 1992: l’homme d’affaires est nommé ministre de la Ville sous François Mitterrand.
  • 1993: il revend Adidas à Robert Louis-Dreyfus.
  • 2008: il obtient 403 millions d’euros par le biais d’un arbitrage.
  • 2017: la cour de cassation confirme l’annulation de l’arbitrage. Bernard Tapie doit rembourser.
  • 2019: démarrage du procès pénal de l’arbitrage.

Aujourd’hui, Bernard Tapie et cinq autres prévenus sont suspectés d’avoir escroqué l’État en vue d’obtenir cet arbitrage. Bernard Tapie sera jugé pour escroquerie et détournement de fonds publics. L’autre prévenu "vedette" de ce procès est Stéphane Richard, l’actuel patron d’Orange. À l’époque de l’arbitrage, il était chef de cabinet de la ministre de l’Économie Christine Lagarde. Il est poursuivi pour complicité. Il est soupçonné d’avoir caché à la ministre de l’Économie des notes de l’Agence des participations de l’État, hostile à l’arbitrage. Aux côtés de Bernard Tapie et de Stéphane Richard, on trouve également Pierre Estoup, 92 ans, un des arbitres; Maurice Lantourne, 62 ans, l’ancien avocat de Bernard Tapie; Jean-François Rocchi, 63 ans, l’ancien président du Consortium de Réalisation (CDR), l’organe chargé de récupérer le passif du Crédit Lyonnais et Bernard Scemama, 76 ans, un ancien inspecteur des Finances, suspecté d’avoir favorisé Bernard Tapie.

Pour l’accusation, tous les prévenus sont suspectés d’avoir agi de manière soutenue et concertée, obéissant à des consignes politiques explicites ou implicites uniquement motivées par la relation personnelle entre le président de l’époque, Nicolas Sarkozy, et Bernard Tapie.

Pour ce dernier, il s’agit du procès de "sa vie". Atteint d’un cancer de l’estomac, il a décidé d’arrêter ses traitements afin d’être en pleine possession de ses moyens pour faire face à cette procédure.

  • Six mois de prison

L’affaire de la corruption du match de football OM-VA se solde, en 1996, par la condamnation à 8 mois de prison ferme pour Bernard Tapie.Il passera 6 mois derrière les barreaux. "Dans ma cellule, je me suis couché à plat ventre sur le lit et j’ai pleuré comme un bébé", nous avait-il déclaré lors 

  • Acteur pour Lelouch

"C’est Claude Lelouch qui m’a sauvé la vie", nous avait encore déclaré Bernard Tapie lors d’une rencontre chez lui, à Paris. Le cinéaste l’avait contacté pour jouer dans "Hommes, femmes, mode d’emploi". En 1972, trop occupé, Bernard Tapie avait déjà refusé un rôle dans "L’aventure, c’est l’aventure", aux côtés de Jacques Brel et Lino Ventura.

  • Ministre sous Mitterrand

Nommé ministre de la Ville en 1992, Bernard Tapie ne reviendra plus jamais en politique.En 2012, lorsqu’il achète le journal La Provence, certains le voient revenir en politique.Il n’en sera rien. Après le procès, il pourrait s’établir à Marseille.

Lire également

Publicité
Publicité