Beyoncé, reine du R&B et des affaires

Beyoncé a signé un contrat de 60 millions de dollars avec Netflix. La chanteuse américaine n’en est pas à son coup d’essai dans les affaires où elle excelle autant que sur scène.

Netflix vient de frapper fort dans la guéguerre qui l’oppose à HBO. La plate-forme de streaming a en effet signé un contrat de 60 millions de dollars avec Beyoncé, la chanteuse la plus "bankable" des 20 dernières années.

Le contrat couvre trois projets, dont "Homecoming", un documentaire sur la performance historique de Beyoncé à Coachella l’été dernier qui a été diffusé le 17 avril. Mais à y regarder de plus près, c’est surtout "Queen Bey" qui a une fois de plus mené sa barque d’une main de maître. Si elle fait gagner beaucoup d’argent aux autres, elle sait surtout comment faire pour en empocher elle-même.

Netflix, qui s’était déjà associé dans le passé avec Bruce Springsteen et Lady Gaga, aura en effet mis le paquet pour attirer la reine du R&B dans ses filets alors qu’HBO était également sur le coup. HBO qui avait décroché la timbale en 2016 pour la diffusion du documentaire "Lemonade" le même jour que la sortie surprise d’un album du même nom.

Le profil

• Née le 4 septembre 1981 à Houston (Texas).

• Formation en 1989 du groupe Girl’s Tyme dont elle est la chanteuse principale. Le groupe devient Destiny’s Child en 1996 et se sépare en 2006.

• Se marie avec Jay-Z en 2008.

• Parkwood Entertainment en 2010.

• Fonde la marque de vêtements Ivy Park en 2016.

• Le 23 avril 2016, la chaîne HBO diffuse le documentaire «Lemonade». Sortie d’un album du même nom en exclusivité sur Tidal, le service de streaming musical de Jay Z.

• Le 17 avril 2019, Netflix diffuse «Homecoming» et Beyoncé sort son nouvel opus du même nom.

 

Autant dire que Beyoncé aura fait monter les enchères entre les deux plates-formes rivales... Et elle a refait le même coup qu’en 2016 en sortant parallèlement un album live enregistré à Coachella et appelé, lui aussi, "Homecoming". Les fans sont aux anges et la diva encaissera au passage.

→ En 2018, les revenus nets de Beyoncé se seraient élevés à 60 millions de dollars, selon Forbes, qui la classe troisième chanteuse la mieux payée au monde (derrière Katy Perry et Taylor Swift). Sa dernière tournée solo en date, "Formation World Tour", avait rapporté 250 millions de dollars en 2016. Celle qu’elle fit deux ans plus tard avec son mari Jay-Z, "On The Run II", a également atteint le quart de milliard de dollars. Rien que pour sa prestation à Coachella, Beyoncé aurait touché un cachet de 3 millions de dollars. Le magazine Fortune estime sa fortune à 355 millions de dollars (avec celle de monsieur, on en serait à 1,255 milliard de dollars).  

L’autre carrière

Naturellement douée, Beyoncé est aussi une bosseuse acharnée. C’est vrai pour le chant et la danse, ça l’est aussi pour les affaires. Au fil des ans, la reine du R&B prêtera son visage à plusieurs grandes marques contre de juteux contrats. Georgio Armani, Tommy Hilfiger, Pepsi, L’Oréal, Nintendo DS, American Express, ils se bousculeront tous au portillon.

Riche et dépensière

Quand il s’agit de se faire belle, de voyager, d’acheter des maisons de rêve, Beyoncé ne compte pas. En août 2017, elle achète avec Jay-Z une propriété à Bel Air pour 88 millions de dollars, ce qui en avait fait la plus grosse transaction immobilière de l’année à Los Angeles. Et elle aime bien gâter son mari. Elle lui avait offert une Bugatti à 2 millions de dollars pour ses 41 ans. Quelques années plus tard, ce sera un jet privé à 40 millions de dollars.

 

En 2010, Beyoncé sort son parfum, "Beyoncé Heat", puis, elle passe à la vitesse supérieure en créant sa propre société de production. Parkwood Entertainment, dont le nom fait référence à une rue de Houston où l’artiste a habité (même si la société est basée à New York), produit des clips, puis les albums de Beyoncé. Elle signe également avec de jeunes artistes R&B.

Vêtements sportifs

En 2014, Beyoncé décide d’étendre ses activités et sa société s’associe avec la chaîne de vêtements britanniques Topshop. Deux ans plus tard, les deux sociétés co-fondent la marque de vêtements de sport Ivy Park. Mais, en 2018, le patron de Topshop, Philip Green, est accusé de racisme et de harcèlement sexuel. La société de Beyoncé lui rachète alors ses parts dans Ivy Park.

La page Topshop est vite tournée.  Au début du mois, on apprenait que Beyoncé s’est associée avec Adidas pour sortir une nouvelle collection de chaussures et de vêtements de sport. Comme avec Netflix, c’est du win-win. Beyoncé espère relancer sa marque Ivy Park tandis que le groupe allemand, qui a déjà signé dans le passé avec Pharell Williams, compte trouver une nouvelle pépite après l’essoufflement de la success story Stan Smith. Il y a pire comme compagnon d’aventure, dans les deux cas...

Généreuse

Ambassadrice de l’Onu, Beyoncé a le coeur sur la main. A chaque étape de sa tournée World Formation Tour en 2016, elle avait par exemple versé une partie de ses gains à des oeuvres caritatives locales. En 2005, elle avait fondé Survivor Foundation, une organisation pour venir en aide aux victimes de l’ouragan Katrina.  Elle a co-fondé Chime for Change avec l’actrice Salma Hayek pour aider à la santé et à l’éducation des femmes à travers le monde. Elle a également fondé une oeuvre caritative «beyGOOD» pour venir en aide aux enfants et aux sans-abris.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité