Christian Sewing, un ex-stagiaire à la tête de Deutsche Bank

Exit John Cryan, Christian Sewing deviendra le CEO de la Deutsche Bank le 24 mai prochain. Et s’apprête à prendre des "décisions difficiles". Voilà les 97.500 salariés de la banque prévenus.

Les stages peuvent avoir du bon… Le futur patron de Deutsche Bank (DB) , qui prendra les commandes de la première banque allemande lors de l’assemblée générale annuelle du 24 mai, est entré dans le groupe en 1989 comme simple stagiaire dans une agence située à Bielefeld en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. En dehors de deux petites années passées à la tête de DG Hyp, un établissement spécialisé dans le financement immobilier, Christian Sewing a toujours travaillé pour l’institution francfortoise.

Le profil
  • 1989: Christian Sewing entre à la Deutsche Bank comme stagiaire dans la succursale de Bielefeld
  • 2005: Il dirige pendant deux ans les activités de DG Hyp, un établissement spécialisé dans le financement immobilier
  • 2007: De retour chez Deutsche Bank, il occupe plusieurs postes à l’étranger notamment à Singapour, à Toronto, à Tokyo et à Londres où il occupe la fonction de directeur des risques.
  • 2013: Il prend la tête de l’audit du groupe.
  • 2015: Sa nomination à la direction de la division banque privée et banque commerciale lui permet d’accéder au directoire de Deutsche Bank dont il deviendra le coprésident en mars 2017.

L’an dernier, ce père de quatre enfants avait avoué n’avoir jamais fait de plan de carrière durant ses trois décennies de banquier. Son CV est pourtant exemplaire. Ses années dans l’audit et la gestion des risques lui ont permis de comprendre les forces et les faiblesses des différentes divisions du groupe. Ses expatriations l’ont aidé à découvrir les activités d’importantes filiales situées notamment à Tokyo, Singapour et Londres. Ce fervent supporteur du Bayern Munich, qui a longtemps rêvé d’être journaliste sportif, n’a toutefois jamais travaillé dans la banque d’investissement qui était jusqu’alors le vivier dans lequel les actionnaires de Deutsche Bank trouvaient leurs futurs P.-DG.

Aux commandes depuis deux ans de la division banque privée et banque commerciale, l’ancien étudiant de l’académie de la banque à Bielefeld et à Hambourg faisait clairement partie des prétendants à la succession du Britannique John Cryan depuis sa nomination l’an dernier au poste de coprésident aux côtés de Marcus Schenck. Mais le patron de la banque d’investissement du groupe semblait avoir une longueur d’avance sur le responsable de la fusion de la banque de détail de DB avec Postbank dont le rachat en 2008 s’est révélé être un véritable gouffre financier.

Plusieurs actionnaires dont le conglomérat chinois HNA ont toutefois mis en doute les capacités de l’ancien associé de Goldman Sachs  de redresser les comptes de la première banque allemande après la politique d’expansion très onéreuse qu’il a mise en place chez E.ON  pendant ses sept années au poste de directeur financier du géant de l’énergie de 2006 à 2013. Christian Sewing a, lui, montré qu’il savait serrer les boulons lors des moments difficiles.

Christian Sewing (à droite) a remplacé John Cryan (à gauche) à la tête de la Deutsche Bank. ©REUTERS

Des lendemains douloureux en vue

En deux ans, ce passionné de tennis de 47 ans a fermé 200 succursales et supprimé plusieurs milliers d’emplois dans la banque de détail. Et la première lettre qu’il a adressée, hier, au personnel depuis sa nomination au poste de CEO promet des lendemains douloureux aux 97.500 salariés du groupe. "Le temps presse et les attentes sont élevées, de la part de nos clients, de nos investisseurs, des autorités réglementaires, des responsables politiques et des médias, prévient le futur patron de l’établissement qui se prépare à prendre des "décisions difficiles".

"Nous devons retrouver un état d’esprit de chasseur, faire mieux dans chaque division et relever la barre. La priorité est d’exploiter nos forces et de répartir nos investissements en conséquence. Et dans le même temps, nous allons chercher à libérer des capacités en faveur de la croissance en nous retirant des domaines où nous ne sommes pas suffisamment rentables. Nous ne pouvons nous reposer sur nos lauriers dans aucun domaine." Le Westphalien pourrait reprendre les mots de Winston Churchill et promettre à ses collaborateurs "du sang, du labeur, des larmes et de la sueur"…

Banlieusard

S’il dort les jours de semaine à Francfort où se trouve le siège social de Deutsche Bank, ce père de quatre enfants rentre chaque week-end à Osnabrück en Basse-Saxe où vit sa famille.

Junior

Christian Sewing est, à 47 ans, le plus jeune PDG de Deutsche Bank depuis la création du groupe en 1870. Il est aussi le premier patron depuis la Seconde Guerre mondiale à être issu de la banque privée alors que ses prédécesseurs avaient fait leurs armes dans les activités liées aux marchés.

Jeu, set et match

Excellent joueur de tennis, il tape, dès qu’il le peut, quelques balles sur les courts en terre battue du club local de TC Bünde qui se situe juste au nord de Bielefeld, la ville de Rhénanie-du-Nord-Westphalie où il a étudié.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content