Demis Hassabis, génie de l'intelligence artificielle

©Bloomberg

Reconnu pour ses talents de programmation d’intelligence artificielle, Demis Hassabis, cofondateur et patron de DeepMind, est également un joueur de très haut niveau dans de multiples disciplines.

Rachetée par le géant Google  après seulement quatre années d’existence, la start-up spécialisée en intelligence artificielle DeepMind, fascine et inquiète à la fois.

Fondée à Londres en 2010 par Demis Hassabis, Shane Legg et Mustafa Suleyman, l’entreprise s’est fait connaître du grand public en 2016 quand son programme informatique "AlphaGo" a réussi à battre un être humain au jeu de go. Depuis, le logiciel a encore gagné en compétences et en puissance en se montrant capable d’apprendre à jouer sans données humaines.

Le champion de go Lee Sedol a perdu contre AlphaGo en 2016. Une première comparable à la défaite de Kasparov face à Deep Blue. ©REUTERS

DeepMind vient une nouvelle fois de démontrer son savoir-faire dans un nouveau domaine en annonçant tout récemment avoir mis au point une intelligence artificielle capable d’identifier plus de 50 maladies oculaires. Un système qui obtient des résultats supérieurs à ceux des médecins spécialistes.

Le profil
  • Naissance en 1976 à Londres. Son père est d’ascendance chypriote grecque et sa mère est sino-singapourienne.
  • Il a eu son baccalauréat (A-Levels) à 16 ans. Il a terminé ses études en 1997 au Queens’ College de Cambridge avec un Double First en informatique. En 2009, il obtient un titre de Philosophiæ doctor dans le domaine des neurosciences cognitives.

Emblématique

Des trois fondateurs, Demis Hassabis est sans doute le plus emblématique. Non seulement parce qu’il est CEO de la société, mais également parce qu’il est un phénomène à lui seul: neuroscientifique, il s’est fait remarquer dès son enfance pour ses talents de joueur d’échecs avant de s’essayer à de nombreux autres jeux cérébraux. Il est également joueur de haut niveau au shogi, au poker et à Diplomatie, un jeu de négociation et de simulation historique ayant comme thème l’Europe au début du XXe siècle.

Hassabis a été sacré meilleur joueur de toute l’histoire par le Mind Sports Olympiad, la compétition internationale des jeux de l’esprit. Depuis, il a enchaîné les hautes distinctions récompensant les plus brillants esprits du Royaume-Uni et de la planète. En 2014, juste après le rachat de DeepMind par Alphabet, la maison mère de Google, un journal britannique place le surdoué comme le troisième Londonien ayant le plus de pouvoir derrière le chancelier de l’Echiquier George Osborne et le maire de Londres Boris Johnson. Quelques années plus tard, le magazine américain Time le reprend même dans sa liste des cent personnes les influentes au monde!

©AFP

Référence incontournable

Le patron de DeepMind est notamment devenu une référence incontournable en matière d’intelligence artificielle et d’apprentissage profond, une technique permettant aux machines d’apprendre et de prendre des décisions fondées sur l’analyse d’énormes quantités de données. Il a fait partie de la brochette d’experts reçus fin mars à l’Elysée par Emmanuel Macron dans le cadre du projet du président français de faire de l’Hexagone une "start-up nation " mondiale à l’instar d’Israël.

Pour Demis Hassabis, l’intelligence artificielle posera sans doute des problèmes éthiques, qu’il s’agisse d’armes autonomes, de respect de la vie privée ou d’impact sur l’économie. Mais ceux-ci finiront par être surmontés, estime-t-il. DeepMind s’est d’ailleurs dotée en 2017 d’une unité de recherche sur le sujet. Son collègue Mustafa Suleyman, responsable de la division santé, juge quant à lui que les intelligences artificielles les plus avancées, aux capacités identiques à celles des humains, ne verront pas le jour avant 20 ans.

Prodige des échecs

Demis Hassabis est un enfant prodige des échecs, noté 2.300 au classement Elo à 13 ans en janvier 1990. Il est alors parmi les meilleurs mondiaux de sa catégorie d’âge (moins de 14 ans).

Jeux vidéos de stratégie

Avant de créer DeepMind, le jeune surdoué londonien avait fondé Elixir Studios, un studio de développement. Aujourd’hui fermé, ce studio avait signé des accords de production avec Vivendi Universal et Microsoft. Il avait notamment créé "Republic: The Revolution", un jeu vidéo de stratégie en temps réel.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content