Des costumes aux soutiens-gorge

À la tête de la chaîne de lingerie néerlandaise Hunkemöller depuis cinq ans, Philip Mountford a multiplié les ouvertures de magasins aux quatre coins du monde.

Les dessous, les dessus… Du string de madame à la cravate de monsieur, le Britannique Philip Mountford (49 ans) est désormais l’homme de toutes les situations dans le domaine de la mode. Après avoir fait ses premières armes de PDG au rayon homme, ce manager s’illustre aujourd’hui au rayon lingerie des magasins Hunkemöller.

"Alors que les femmes belges préfèrent le beige, les Néerlandaises aiment les dessous de couleur, les slips brésiliens et les strings. Les Suédoises qui sont redevenues minces conservent pourtant une poitrine plus grosse qu’ailleurs…" Philip Mountford est devenu intarissable sur le sujet de la lingerie féminine depuis son accession au poste de directeur général d’Hunkemöller en 2009.

  • 1989-1996: directeur des achats et du merchandising chez Simpson Picadilly (grands magasins de luxe).
  • 1996-1998: directeur du réseau de détail de Daks (magasins de mode haut de gamme).
  • 1998-1999: directeur des ventes et du marketing pour l’Europe au sein de Nautica.
  • 1999-2002: directeur de plusieurs marchés européens et émergents chez Gianni Versace (prêt-à-porter de luxe).
  • 2002-2009: directeur général de Moss Bros Group.
  • 2009: directeur général de Hunkemöller (lingerie).

Passant du coq à l’âne cette année-là, il laisse tomber sa veste de dirigeant émérite du secteur de la mode masculine. Après des postes de dirigeant au sein de Gianni Versace et de Moss Bros où il vendait des produits estampillés Hugo Boss, Calvin Klein et Canali, il saute le pas en abordant la lingerie.

Son aptitude à repositionner le groupe familial Moss Bros pour le doter de marques de mode qui font de ses magasins un "business model", a été déterminante pour son embauche, lorsque le groupe néerlandais Maxeda, alors propriétaire de Hunkemöller, décide de vendre l’enseigne.

À la manœuvre lors de l’acquisition de Hunkemöller en 2009 par le fonds d’investissement PAI (ex-Paribas Affaires Industrielles), Philip Mountford traverse la crise économique contre vents et marées. Faisant fi de la conjoncture, sa stratégie d’expansion reste de mise coûte que coûte.

Une expansion fulgurante

En quatre ans, Hunkemöller connaît une expansion fulgurante. Outre l’ouverture de 240 magasins durant cette période pour atteindre 660 implantations aujourd’hui, la chaîne a plus que doublé sa présence mondiale en abordant sept nouveaux marchés depuis 2011. L’exercice 2014 a, entre autres, enregistré un nombre record d’ouvertures de magasins avec 70 nouvelles implantations.

Hunkemöller qui compte 3.200 salariés, est aujourd’hui fortement implanté dans l’Union européenne, dont la Belgique, mais aussi en Russie et au Moyen-Orient (Arabie Saoudite, Bahreïn, Égypte, Maroc).

©ANP XTRA

Fort de cette stratégie d’expansion à tous crins menée de main de maître par Philip Mountford, PAI va réaliser une belle plus-value en vendant Hunkemöller au fonds d’investissement américain Sycamore, selon l’information révélée hier. Après l’avoir rachetée en 2011 pour 265 millions d’euros, le français PAI va céder cette enseigne pour environ 440 millions d’euros.

"Mon objectif était clair dès le départ: transformer ces boutiques de lingerie néerlandaise de second plan en un groupe international doté d’une marque mondiale", a plusieurs fois répété Philip Mountford aux médias néerlandais.

Enseigne emblématique aux Pays-Bas spécialisée dès le début dans les dessous féminins, les premiers magasins Hunkemöller qui ont ouvert leur porte à la fin du XIXe siècle, vendaient à l’origine des corsets fabriqués dans l’unique usine amstellodamoise de l’entreprise familiale.

"Il y a cinq ans, nos clientes cachaient les sacs plastiques à l’effigie d’Hunkemöller à la sortie des magasins. Aujourd’hui, elles repartent avec un article emballé de papier de soie glissé dans une poche cartonnée chic de couleur noir et rose."

La tournée des popotes avant tout

Faire le tour de l’ensemble des filiales d’un groupe avant de s’installer au siège de l’entreprise afin de discuter avec chacun des responsables pour recueillir le maximum d’informations sur la marche de l’entreprise. À partir de là, il fixe la stratégie de développement.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité