Diwakar Choubey, la licorne cachée de Wall Street

La start-up fintech MoneyLion vient de lever 100 millions de dollars et approche le cap symbolique du milliard de dollars de valorisation. Un cap synonyme qui fera entrer MoneyLion et son CEO, Diwakar Choubey, dans le cercle très restreint des licornes.

Diwakar Choubey, ou Dee Choubey pour les intimes, est l’exemple type de l’entrepreneur issu d’un secteur financier américain en plein doute face à la digitalisation. Comme nombre de ses pairs, il a eu l’envie de proposer une autre expérience bancaire aux clients grâce au digital. Comme peu d’entre eux, il est en passe de réussir son pari.

Fait rare dans cet écosystème start-up où les CEO sont de véritables stars portées aux nues, il y a très peu d’informations disponibles sur Dee Choubey.

Le profil
  • 1981: Naissance le 23 juin
  • 2002: Diplômé de l’Université de Chicago
  • 2003: Premier job chez Citigroup
  • 2005: Recruté chez Goldman Sachs
  • 2009: Vice-président de Citadel LLC
  • 2013: Fondation de MoneyLion
  • 2019: MoneyLion lève 100 millions de dollars

Ce que l’on sait, c’est qu’en fondant MoneyLion en 2013, il n’avait qu’une seule phrase en tête: 90 millions d’Américains ont une relation conflictuelle avec leur banque. En partant de ce constat il a créé une banque mobile dématérialisée.

Le Netflix de la finance

MoneyLion propose une plateforme très simple d’utilisation qui permet de gérer son portefeuille, ses prêts, son épargne et d’avoir accès à des outils de gestion du patrimoine. La start-up propose une application regroupant tous les comptes bancaires et toutes les cartes de crédit. Comme beaucoup de start-ups digitales, elle fonctionne sur un modèle d’abonnement dont les frais débutent à 19,99 dollars et varient en fonction du service utilisé. Cette particularité lui a valu le surnom flatteur de "Netflix de la finance". La solution a surtout convaincu plus de 4 millions d’Américains et a attiré l’œil de beaucoup d’investisseurs.

Delta Kappa Epsilon

À l’université de Chicago, Dee Choubey a obtenu son diplôme en Économie avec mention.Il était aussi membre de la célèbre fraternité, Delta Kappa Epsilon.

200 millions au compteur

Depuis la création de MoneyLion en 2013, Dee Choubey et ses équipes ont levé plus de 200 millions de dollars. La start-up entre aujourd’hui en phase d’hypercroissance avec en ligne de mire le statut de licorne.

L’homme mystère

Lieu de naissance inconnu.Un parcours professionnel rapidement mentionné sur son profil LinkedIn. Peu de photos. Le CEO de MoneyLion ne laisse filtrer que quelques informations sur sa vie et sa carrière. Une façon de se protéger de la starificationà outrance du secteur?

Rien de surprenant au final, puisque le parcours de Dee Choubey s’était fait dans le secteur bancaire. Il a débuté sa carrière comme banquier d’investissement au sein de maisons renommées de Wall Street comme Goldman Sachs, Citadel et Barclays Capital. Déjà à cette époque, il était concentré sur les entreprises liées au secteur fintech et sur les levées de fonds en particulier. La formation idéale pour lever lui-même plus de 200 millions de dollars depuis la création de sa start-up.

Réinventer la banque

L’entreprise de Dee Choubey est parvenue à se démarquer en utilisant l’intelligence artificielle. Elle propose un service appelé "Financial Heartbeat" qui fournit des conseils personnalisés selon 4 critères: l’épargne, les dépenses, la protection (assurances) et le "credit score" (critère d’évaluation du risque de défaillance-crédits).

L’utilisateur découvre les résultats sous la forme d’un cœur qui lui montre sa santé financière globale.

Là où MoneyLion a véritablement innové, c’est avec son fameux "Credit Score". C’est la première fois qu’une institution bancaire propose de récompenser ses utilisateurs en cas de budget mensuel respecté ou si un objectif d’épargne est atteint.

Depuis 2018, la néobanque aurait distribué plus de 12 millions de dollars de récompenses à ses utilisateurs. Du jamais vu. Une fonctionnalité qui a aidé à la notoriété de l’entreprise. Cela s’est traduit par un nombre d’utilisateurs en forte hausse et aujourd’hui par une nouvelle levée de fonds significative pour MoneyLion et son très discret CEO.

Lire également

Publicité
Publicité